Le secret du bonheur se cultive au jardin

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Avez-vous déjà ressenti ce sentiment teinté d’émerveillement enfantin, de tendresse et de joie ?

Un ressenti discret qui habite le cœur du jardinier, sur lequel on a du mal à parfois mettre un nom…

Puisque vous lisez mes lettres, je parie que la réponse est « oui ».

Mais même si vous ne voyez pas de quoi je parle, faites-moi confiance et lisez bien la suite : je vous livre un rituel personnel atypique qui peut transformer votre bien-être au quotidien ! 😊

Vous qui jardinez aussi, je parie que vous l’avez déjà ressentie…

… cette onde de chaleur calme, douce et apaisante qui envahit votre poitrine…

  • quand la graine que vous avez tant choyée commence à germer, 
  • quand vous croquez dans une pomme sucrée et juteuse de votre verger, 
  • dans une tomate charnue et savoureuse tout juste récoltée au potager, 
  • quand vous entendez le doux bourdonnement de l’abeille qui butine vos fleurs de courgettes,
  • ou encore quand vous humez l’odeur de vos rosiers…

Mais aussi quand vous croisez la limace habituelle près de vos salades (quand ce n’est pas dedans !), votre ami le pissenlit qui revient inlassablement, année après année, vous saluer, ou encore le puceron sur vos plants de concombres, qui nourrit vos chères coccinelles…

Autant de perceptions et d’émotions que l’on pourrait résumer en 5 petites lettres. 

« Merci. »

Ce sentiment souvent fugace, c’est un trésor qui se cueille tous les jours au jardin, en toute saison, à toute heure du jour ou de la nuit.

On l’appelle « la gratitude ».

(Bon, là, je sais d’avance que je vais perdre les plus terre à terre d’entre vous… MAIS attendez de voir ce qu’en dit la science ! 😊).

Et quand je parle de « trésor », j’exagère à peine, vraiment !

Car la gratitude, ce n’est pas juste un sentiment agréable qui envahit notre cœur.

C’est bien plus que cela.

Même les scientifiques qui ont planché sur ses effets n’en croyaient pas leurs éprouvettes, je n’invente rien !

 

La gratitude n’élève pas seulement les cœurs… 

Elle serait en fait bénéfique à tous les niveaux de notre être :

  • les personnes qui cultivent le sentiment de reconnaissance auraient ainsi un meilleur sommeil [1] ;
  • seraient moins sujettes aux accès de désespoir [2];
  • certaines études laissent même à penser que la reconnaissance pourrait aussi contribuer à améliorer notre santé cardiaque et notre système immunitaire [3]

Un peu comme une potion magique, gratuite, toujours à portée de main et illimitée… 

 

Voici pourquoi les jardiniers sont les plus heureux du monde

 

Dire « merci », c’est apprendre…

  • À mieux observer ce qui est déjà là et l’apprécier à sa juste valeur, pour sa simple présence, sans la tenir pour acquise. 
  • À reconnaître et accueillir l’abondance en nous et autour de nous, au jardin, dans nos relations, et jusque dans les plus infimes détails de nos existences.

Mais la gratitude ne se ressent donc QUE lorsqu’on est pleinement attentif : à soi, à nos perceptions, aux autres, à ce qui nous entoure…

Et je ne vous apprends rien, mais le jardinage naturel c’est justement la pratique idéale pour se reconnecter à tout cela.

Cultiver son jardin dans le respect des rythmes naturels, c’est cultiver son jardin intérieur, se reconnecter au vivant, le contempler avec humilité, rendre grâce aux dons que la nature offre chaque jour.

Et plus important encore, la gratitude nous rappelle, comme dirait Joanna Macy (une éco-philosophe, experte en théorie des systèmes et en bouddhisme, que j’admire et vous encourage à lire), que « notre existence même est un bienfait immérité que nous n’aurions jamais pu créer nous-mêmes. »

C’est une ode à la Vie, à laquelle on sait et se sent pleinement appartenir.

Mais alors que nos sociétés modernes nous arrachent à cette connexion vitale, en faisant de la gratitude une simple commodité…
Il est plus que jamais urgent de renouer avec ce sentiment de réciprocité et même… de le cultiver.

La permaculture nous rappelle justement à ce lien fondamental entre tous les êtres : lorsque nous cultivons notre propre nourriture, lorsque nous récoltons les graines de notre propre jardin, lorsque nous choyons les insectes et animaux de notre jardin… 

Car nous nous sentons alors appartenir à quelque chose de bien plus grand que nous, où chaque être a sa place et sa raison d’être dans cet écosystème résilient et autonome.

 

Chlorose-ferrique

 

Rituel atypique pour semer et récolter des pleins paniers de gratitude

 

Selon moi, la gratitude se sème et se récolte… au jardin, comme un légume lambda !

Plus on l’accueille dans son quotidien, plus on apprend à la repérer (même dans les recoins un peu sombres…) et plus on ouvre la voie à l’abondance, sous toutes ses formes. 

Mais combien d’entre nous savent cultiver cette reconnaissance désintéressée au jour le jour ?

Dans nos quotidiens, tout va à 1000 à l’heure, si bien qu’on oublie de juste prendre le temps d’observer et de célébrer ces rayons de soleil qui viennent illuminer nos journées, aussi petits soient-ils…

Même la retraite est une période de la vie où les agendas, les esprits et les journées se remplissent vite.

Bref, de nos jours, cultiver la gratitude ce n’est PAS automatique. 

Comme un muscle qu’on doit entraîner, ça s’apprend, ça se pratique… et le jardin est le lieu idéal pour cela. 

Alors, pour entraîner vos yeux à retrouver la vue de ces fils qui relient toutes choses entre elles…
Je vous livre un petit rituel personnel atypique qui pourrait révolutionner votre quotidien, une sorte de petit jeu méditatif et permacole ! 😊

 

« Si nous pouvions percevoir clairement le miracle que représente une simple fleur, notre vie toute entière changerait. »

 

Cette phrase qui a tout son sens en perma’ date d’il y a plus de 2 000 ans… et c’est à Bouddha qu’on la doit !

Eh bien accrochez-vous, car c’est exactement ce que je vous propose d’expérimenter dans ces 2 exercices (faites-moi confiance, vous allez ressentir la différence) ! 😊

Dans votre jardin, au parc, sur le balcon, ou même en appartement… 
Vous pouvez vous aussi les pratiquer, toute l’année (et idéalement tous les jours), pour cultiver la gratitude, vous reconnecter instantanément à votre âme d’enfant, contempler un rien avec un émerveillement… je vous y encourage !

 

2 petits exercices pour cultiver la gratitude au jardin

 

1. Prévoyez-vous des « arrosages de gratitude »

 

J’ai surnommé cet exercice ainsi car, tout comme une plante a besoin d’eau pour vivre, la gratitude est un ingrédient vital pour notre épanouissement. 😊

Pour recevoir votre arrosage quotidien de gratitude, vous pouvez instaurer un petit rituel méditatif (je vous en dévoile d’ailleurs un autre, dans cet article) que vous pratiquerez à raison de deux ou trois fois par semaine, ou bien même quotidiennement, si vous avez l’occasion ou si vous en ressentez le besoin.

Pour cela, installez-vous confortablement au jardin et fermez les yeux. 

Laissez divaguer vos pensées et concentrez-vous sur vos ressentis, vos perceptions, vos 5 sens en alerte : les clapotis de l’eau dans la mare, le chant des oiseaux, l’odeur enivrante du massif de fleurs près de votre hamac, la sensation de l’air frais sur vos joues… 

Laissez-vous emporter aussi longtemps que de nouvelles perceptions viennent à vous, puis rouvrez les yeux, remerciez la nature pour ces sensations offertes (dans votre tête ou à haute voix… je ne vous jugerai pas : c’est comme ça que je procède personnellement, je trouve que les effets en sont décuplés !), et savourez la plénitude et la joie d’ « être », simplement, en étroite connexion avec tout ce qui vous entoure.

 

2. Semez 3 graines de gratitude par jour

 

En plus de ces « arrosages » bienfaisants, j’aime aussi semer chaque jour quelques graines de gratitude dans mon « carnet des Mercis ».

Si vous avez déjà un journal de jardinage, vous pouvez l’utiliser pour cet exercice, ou bien vous procurer un carnet dédié à cette pratique.

Voici comment procéder.

Chaque jour, ou après chaque sortie au jardin, reportez entre 3 et 5 éléments qui vous ont procuré de la joie : un rayon de soleil, un gazouillis au loin, la sensation de l’herbe fraîche sous vos pieds, un souvenir heureux ressurgi à la dégustation d’un fruit fraîchement cueilli, les microorganismes invisibles qui ont contribué, dans l’ombre, à faire grandir vos légumes… 

Peu importe, notez dans votre carnet tout ce qui fait irruption dans vos pensées, sans jugement, savourez la vague de joie qui vous envahit, puis gravez cette vibration positive dans le papier. 

Et même si vous ne trouvez qu’un seul élément de satisfaction, vous pouvez écrire plusieurs phrases à son sujet, pour le savourer encore plus.

C’est le ressenti qui prime ici ! Vous pouvez même écrire une lettre de gratitude à votre jardin si vous en ressentez l’envie ou le besoin. 😊

Ici, par exemple, j’ai remercié les fourmis du jardin, « qui créent l’humus du sol de demain et en prennent soin » :

 

 

L’abondance et la gratitude sont comme les deux faces d’une même pièce…

 

Toutes deux nous rappellent que nous faisons partie d’un Tout inséparable.

Que l’être humain est un élément de la Nature : ni dessous, ni dessus, ni dehors, il en fait partie.

Et c’est sans doute là que se cache le véritable pouvoir magique du jardin.

J’espère que ce partage méditatif vous donnera envie de tester ce petit rituel atypique pour semer, récolter et partager la gratitude chaque jour…

Et surtout, je vous dis un grand « Merci ! » : pour votre présence, vos petits mots et vos photos, qui font vivre cette belle communauté Saine Abondance ! 😊


Il est temps de prendre soin de vous,

et de semer la gratitude !

 

Florence

Saine Abondance

PS : pour ceux que cela intéresse, j’ai écrit tout un article sur les liens passionnants entre médiation et jardinage, que vous pouvez lire en cliquant ici

 

Sources

[1]Jackowska M, Brown J, Ronaldson A, Steptoe A. The impact of a brief gratitude intervention on subjective well-being, biology and sleep. Journal of Health Psychology. 2016;21(10):2207-2217. Disponible ici : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25736389/.

[1] Huffman JC, DuBois CM, Healy BC, Boehm JK, Kashdan TB, Celano CM, Denninger JW, Lyubomirsky S. Feasibility and utility of positive psychology exercises for suicidal inpatients. Gen Hosp Psychiatry. 2014 Jan-Feb;36(1):88-94. Disponible ici : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24230461/.

[1] Patti Neighmond, Gratitude Is Good For The Soul And Helps The Heart, Too, NPR, 23 novembre 2015.

Tani Y, Koyama Y, Doi S, Sugihara G, Machida M, Amagasa S, Murayama H, Inoue S, Fujiwara T, Shobugawa Y. Association between gratitude, the brain and cognitive function in older adults: Results from the NEIGE study. Arch Gerontol Geriatr. 2022 May-Jun;100:104645.

[1] Macy, J., Brown, M. Y., & Servigne, P. (2018). Éco-psychologie pratique et rituels pour la terre. Éd. le Souffle d’or.

5 https://pure-sante.info/pouvoir-gratitude/

6 https://permacultureriviera.ch/le-travail-qui-relie-ou-ecopsychologie/ 7https://reseautransition.ch/project/pourquoi-sentrainer-a-ressentir-la-gratitude/

Partager sur facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *