L’infolettre gratuite de la permaculture pour tous, partout !

6 techniques pour désherber naturellement

Posté par Florence

le désherbage
Un homme en train de désherber manuellement

Le désherbage, corvée du jardinier, se transformera en jeu d’enfant grâce à ces 6 techniques naturelles. 

Ne soyez plus pris au dépourvu face à des petites herbes indésirables ! 

Suivez le guide :

Désherber oui, mais à l’huile de coude ! 

Cette méthode est efficace mais nécessite un peu de labeur !

Elle n’est autre que le désherbage à la main !

Il vous suffit de tirer délicatement sur la plante afin de la déraciner. 

Attention ! Vous devez déloger les racines de la terre. 

Si celles-ci sont trop résistantes, armez-vous de patience et … d’un couteau. 

Il vous sera utile contre les racines récalcitrantes. 

Vous pouvez également vous munir d’une gouje ou d’un tire-racine pour faciliter vos efforts !

Désherbage à "l'ancienne"
Désherbage à « l’ancienne »

Et si vous désherbiez après manger ? 

Cette technique vous intrigue ? 

Ce n’est pourtant pas sorcier ! 

Préparez-vous un plat de pâtes ou de riz et, avant de déguster, filez au jardin avec l’eau de cuisson. 

Versez l’eau encore bouillante sur vos herbes indésirables. 

Effet garanti ! 

Elles n’apprécieront guère cette douche chaude. 

Toutefois, évitez d’utiliser de l’eau salée afin de ne pas perturber votre sol

Cette astuce est préconisée sur graviers, terrasses et dallages !

La microfaune du sol n’apprécierait pas un tel traitement. 

Un désherbant ? seulement bio !

Hors de question d’utiliser des désherbants chimiques. 

Heureusement, le géranium des balcons existe ! 

Grâce à lui, un herbicide naturel, le perlargonium odorant, vient à la rescousse des jardiniers. 

Il s’agit, certes, d’un désherbant biologique, mais son utilisation n’est pas anodine pour autant.

Utilisez-le avec parcimonie. 

Et rappelez-vous qu’en permaculture, l’herbicide n’est pas recommandé. 

Heureusement, cet article vous réserve d’autres astuces ! 

Et si vous les priviez de soleil ? 

Une plante a un besoin vital de lumière ! 

L’en priver c’est la condamner. 

Une plante vous donne énormément de fil à retordre ? 

Privez-là de lumière ! 

Il vous suffit de la recouvrir d’une bâche opaque. 

Attention, aucun rayon de soleil ne doit passer ! 

Certaines plantes rendent l’âme facilement, d’autres mettront près d’un an pour déguerpir. 

Le paillage a réponse à tout

Le paillage est le couteau suisse du jardinier ! 

Vous voulez préserver l’humidité de votre sol ? Paillage ! 

Vous voulez éviter la propagation des spores de champignons ? Paillage ! 

Vous voulez aider à la fertilisation de la terre ? Paillage ! 

Vous voulez attirer les auxiliaires ? Paillage ! 

Vous l’aurez compris, le paillage est également une arme redoutable contre les mauvaises herbes ! 

Appliquez votre paillage sur un sol préalablement débarrassé des herbes indésirables.

Celui-ci agira comme protecteur. 

Il limitera leur pousse de manière considérable. 

Le sol est fin prêt pour le paillage
Le sol est fin prêt pour le paillage

Les engrais verts à la rescousse 

Et si vous cultiviez des plantes pour vous débarrasser des herbes qui vous importunent ? 

Appelées engrais verts, elles possèdent une brillante réputation ! 

Croissance fulgurante et répulsif naturel, elles sont sur tous les fronts. 

Elles facilitent également la venue des auxiliaires du jardin ! 

Plantez entre vos cultures, elles assureront la couverture du sol et sa fertilisation.

Pour n’en citer que quelques unes : 

Phacélie, moutarde, trèfle, sarrasin, soucis et œillet d’Inde seront ravis de s’inviter dans votre potager. 

 

Vous avez dit mauvaises herbes ?

Aucune plante n’est mauvaise, bien au contraire ! 

Les mauvaises herbes, comme on aime les appeler, sont indicatrices de la nature de votre sol. 

De plus, elles sont utiles aux auxiliaires mais pas que ! 

Quelques exemples : 

Le chardon est adoré des pollinisateurs et des oiseaux.

Les ronces sont des lieux de nidification de premier choix. 

La prêle peut vous servir de purin pour prévenir la moniliose, la tavelure, la cloque du pêcher, la rouille, etc. 

Le pourpier est comestible et plein de vertus ! 

L’ortie s’utilise aussi bien en soupe qu’en purin, il est adoré des jardiniers et de leurs potagers dès lors qu’ils daignent s’y intéresser.

En conclusion, ne dégainez pas vos armes tout de suite !  

Appréciez la biodiversité de votre jardin.

Car il n’existe pas de mauvaises herbes.

Attention aux idées reçues !

Pour aller plus loin, découvrez ce guide gratuit !

Ne partez pas sans avoir découvert ce guide gratuit !

J’accepte en renseignant mon email, d’être abonné à la lettre gratuite Saine Abondance.

Je pourrai me désinscrire à tout moment grâce au lien présent dans chaque email.

Images et dessins : Saine Abondance, Shutterstock.com

Partager sur facebook
Facebook

Une réponse

  1. Est-il possible de s’abonner et de recevoir votre revue au Québec?
    Si oui, à quel coût?

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous partez déjà ?

Calendrier des semis pour 45 plantes

Avant de partir recevez gratuitement le calendrier des semis pour 45 plantes pour vous accompagner tout au long de l’année !

J’accepte en renseignant mon email, d’être abonné à la lettre gratuit Saine Abondance.

Je pourrai me désinscrire à tout moment grâce au lien présent dans chaque email.