Le sol

Conseils concrets pour pailler votre jardin

Noter cet article

Chère lectrice, cher lecteur,

La chaleur de juin se ressent jusque dans nos terres… qui risquent de s’assécher si elles ne sont pas correctement paillées !

Ne vous fiez pas au terme « paillage » : vous pouvez pailler avec autre chose que de la paille !

Pailler signifie simplement recouvrir votre sol pour éviter cela :

Un sol à nu, voué devenir du béton, si bien qu’on doive « mystérieusement » recommencer chaque année de « préparer » le sol pour casser sa croute et « le rendre fertile »

Le paillage évite cela, et c’est bien plus simple que ce que l’on croit :

Pas besoin de commander à Tombouctou de quoi recouvrir votre sol ni d’y passer des sommes folles.

Faites simple et local avec ce que vous avez littéralement sous la main : tontes, épines de pin, feuilles, pierres, petit bois, pailles, écorces.

Faites preuve de créativité, tant que c’est naturel et que cela protège le sol, c’est un bon paillis !

Un bon paillage aujourd’hui améliore vos récoltes d’été, voici quelques-uns de ses nombreux bienfaits :

1. Le paillage évite l’évaporation de l’eau présente dans les sols. DONC, il permet de cultiver sans utiliser beaucoup d’eau, voir même sans arroser dans certaines régions !

2. Le paillage augmente les bienfaits de vos épandages de compost et de purin, en diminuant l’évaporation de l’eau qui les composent. En effet, les plantes ont besoin d’eau pour assimiler les nutriments qu’on leur apporte !

3. Le paillage crée un humus de qualité en préservant les micro-organismes qui composent le sol. Ceux-ci préfèrent l’obscurité pour évoluer. Vous aurez bientôt un sol grouillant d’activités et une terre fertile et grumeleuse !

4. Le paillage vous évite énormément de travail : d’arrosage, de désherbage, de préparation de la terre.

5. Au moment le plus chaud de la journée, le paillage permet une condensation au niveau du compost, et donc une décomposition et une diffusion des actifs plus performante !

6. Le paillage sert de tampon contre les conditions climatiques extrêmetelles que

– de forte pluie qui lessivent le sol,

– le gel,

– le soleil qui brûle la terre et tue les être vivants qui la composent,

– la grêle.

– le yoyo chaud-froid du jour au lendemain…

Quelle que soit la matière choisie pour effectuer votre paillage, il sera PRIMORDIAL de respecter ces règles :

  • Vérifier que le paillage est uniforme en termes d’épaisseur sur toute la surface.
  • Vérifier que le paillage est présent PARTOUT, c’est-à-dire que vous ne devez pas laisser de trous subsister. Il vous faut pailler vos végétaux au plus près de leur tige et pied, mais il faut aussi pailler les parties non utilisées de votre jardin ainsi que les allées !

Pourquoi ?

Parce que si vous ne le faites pas, l’eau présente dans le sol s’enfuira par les trous que vous aurez oubliés, même si cette partie n’est pas directement au pied de vos cultures. Ce qui est d’autant plus important lorsque vous cultivez sur des surfaces de moins de 100m².

En pratique :

  • Il vous faut pailler sur au moins 10 cm d’épaisseur (jusque 20 cm pour la paille).
  • Si vous choisissez de la paille, rajoutez une couche le lendemain, une fois que la première se sera tassée !
  • Vous pouvez semer les grosses graines directement dans le paillage.
  • Pour les plus petites, veillez-à mettre un petit paillis de maximum 3 cm, ou alors, espacez le paillage là où vous avez semé.

Voici deux exemples différents de paillage de lecteurs :

Il est temps de prendre soin de vous,

Florence

Saine Abondance

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser une réponse