Le sol

Terreau express de feuilles séchées

Merci à Marie-Laurence pour son astuce :

« Pour éviter que les feuilles mortes déposées en bonne couche sur la terre de mon potager s’envolent, j’ai fixé dessus le filet vert qui protégeait mes arbres fruitiers cet été. »

Bonne nouvelle : ne balayez plus !

Récupérez précieusement les feuilles non malades des jardins, cours, allées et trottoirs.
Elles tombent en profusion et jouent un rôle primordial dans la régénération cruciale de vos sols !

Gare aux jardins « trop propres »

Si nous faisons trop de zèle de propreté à chasser les feuilles mortes, nous cassons alors le cycle de fertilité qui s’installe.

Pourquoi ? Car nous sabotons alors le cycle naturel en route…

La nature prévoit déjà un cycle continu de fertilité du sol. Il y a un temps pour « offrir », et un autre pour « récupérer ».

Au printemps et en été, les feuilles sont vertes et le sol « donne »

Vos plantes et vos arbres ont puisé dans le sol de nombreux nutriments nécessaire à la croissance de vos plantes.

Les feuilles sont alors vertes car chargées en chlorophylle (grâce au processus de photosynthèse, en absorbant la lumière du soleil pour la changer en énergie).

En automne et en hiver, c’est l’inverse : les feuilles perdent leur chlorophylle et le sol « récupère »

Les nutriments cruciaux pour la vie de la plante, tels que l’azote et le phosphore, migrent dès ces jours-ci dans les branches et le tronc où ils restent stockés avant d’être utilisés au printemps suivant.

Moins de feuilles sur l’arbre = moins de risque de geler !

Pour survivre à l’hiver, les arbres et les plantes doivent quitter leur manteau de feuilles car ils transpirent beaucoup par les feuilles.

Donc, pour survivre aux grands gels, les arbres ne stockent de l’eau plus que dans leurs racines durant l’hiver !

Résultat : les feuilles jaunissent, puis tombent à terre.

Mais elles sont encore très riches en nutriments pour le sol. Elles servent à le protéger du froid et à le nourrir.

Avez-vous vu ces feuilles en « U » ?

C’est d’ailleurs une saison très importante pour nos alliés les vers de terre. Lentement mais sûrement, c’est à eux qu’il revient la précieuse tâche d’enfouir ces feuilles peu à peu dans la terre.

Ces jours-ci, on peut déjà observer ce que j’appelle « le phénomène des feuilles en U » au sol. C’est la preuve d’un vers de terre enfouisseur au boulot !

L’hiver n’est pas une saison morte : il y a de nombreuses choses à faire qui conditionnent vos récoltes du printemps. N’hésitez pas à vous inscrire au Club pour recevoir ces informations dans vos publications confidentielles. En savoir plus en cliquant ici.

 

La recette du terreau de feuilles séchées – en 1mn top chrono !

Le principe est simple : obtenir du terreau en laissant les feuilles se décomposer toutes seules plusieurs mois.

La recette l’est encore plus : il suffit d’un sac en plastique et d’un couteau (ou d’une bêche) !

Mes conseils :

  • Récoltez les feuilles saines et remplissez au moins 4-5 sacs poubelle de 100L. (Vous obtenez environ 1 m³ de terreau avec 4 m³ de feuilles séchées).
  • Il faut bien percer le fond du sac pour éviter l’eau stagnante et le risque de pourriture. C’est d’ailleurs plus facile de le percer une fois qu’il est plein. Vous pouvez ensuite le stocker dans le jardin ou à l’abri de la pluie selon vos possibilités.
  • Il vous suffit d’arroser copieusement le sac poubelle une fois par mois (par le haut).

Et c’est tout !
En le préparant dès aujourd’hui vous pourrez l’utiliser au printemps prochain !

Ce terreau est idéal pour vos semis puisqu’il est très fin et aéré !

Vous pourrez alors, par exemple, utiliser ce terreau pour y faire pousser une graine de tomate au sortir de l’hiver. Au bout de quelques semaines, vous aurez votre semi de tomate (voir la photo ci-dessus) prêt à être planté au potager, au retour du printemps.

Faites-vos provisions dès maintenant 😊

Pour vos composts ou vos couverture végétales, il est recommandé d’utiliser autant de matières sèches (riches en carbone, comme les feuilles séchées) que de matières fraîches (riches en azote, comme les tontes de gazon).

Au printemps et en été, il est facile de se procurer les matières fraîches et vertes. Ce qui n’est pas le cas pour les matières sèches (pailles, foin, feuilles séchées…).

Vous pouvez donc anticiper cela en vous créant un stock de feuilles séchées !

Pour ne pas passer l’hiver tout nu….

Le sol, comme les humains, n’aime pas passer l’hiver sans son manteau (végétal). Un sol nu souffre, encore plus en hiver, puisqu’il perd ses nutriments à cause des pluies répétées qui le lessivent.

Nous avons donc tout intérêt à laisser les feuilles tombées au sol pour qu’elles le protègent. En effet, elles le nourrissent et elles le tiennent au chaud en régulant les écarts de température.

Et en plus, elles réduisent la repousse des « mauvaises herbes » !

« Faut-il broyer les feuilles ? »

Non, pas forcément. Comme vous le savez, je vous recommande toujours des choses simples et peu fatigantes.

Mais si vous êtes pressé, vous pouvez tout à fait les broyer. Je pense notamment aux feuilles « dures » comme celles du hêtre ou du chêne. (L’astuce si vous n’avez pas de broyeur : utilisez alors la tondeuse ! En plusieurs passages lents, pour ne pas risquer le bourrage de la machine…).

Il est temps de prendre soin de vous,
Florence

Saine Abondance

PS : la vie de notre jardin conditionne la nôtre. N’hésitez pas à bénéficiez de l’accompagnement du Club pour obtenir un jardin prospère et naturel. En savoir plus ici.

PPS : Envie d’en savoir plus ?

Si ces astuces vous ont plu, et que vous souhaitez aller plus loin sur la thématique de la permaculture, il existe de nombreux livres passionnants sur le sujet !

Mais tous ne se valent pas. C’est pourquoi je vous propose de découvrir mes résumés de livres pépites en permaculture ! En savoir plus sur LesLivres d’une Saine Abondance en cliquant ici.

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

Pas de commentaires

Laisser une réponse