Non classé

Histoire vraie – la plante à remonter le Temps

J’ai reçu récemment ce commentaire particulièrement touchant

Chère lectrice, cher lecteur,

Je souhaite vous partager aujourd’hui une tendre anecdote personnelle.

J’ai remarqué que vous êtes nombreux à apprécier ces lettres / moments où j’ose vous parler de cœur à cœur, en faisant le lien entre ma pratique du jardinage, et la méditation, les choses plus subtiles de la vie dirons-nous 😉.

Oui je l’ai volée…

Mais c’est une de ces fois où je suis heureuse de « m’être écoutée », ou plutôt, d’avoir su « écouter la plante » !!

Et j’en remercie ma Maman. Allez, confession, c’est parti.

« Maman, on peut la ramener à la maison ? Elle souffre ici ».

Je m’en rappelle comme si c’était HIER.

Haute comme trois pommes – la plante, et moi de même  – …. On se regardait et on se parlait sans parler, tout en sirotant un thé dans un tea-room, avec Maman.

Sur la table trônait une petite plante de décoration qui gisait littéralement dans son pot, trop petit, sans terre ni eau !

Et là c’est le drame… ou plutôt, le Sauvetage In Extremis

« Maman ?
Elle souffre ici.
On la ramène 
😊 ? ».

Ni une ni deux, ma mère, en fidèle complice, enfourna le petit pot sous son manteau !

Mission réussie, car cette minuscule plante ne m’a plus jamais quittée.

 Encore mieux, c’est devenu maintenant un « baobab exotique ».
(car je ne savais pas du tout ce que c’était – ni aujourd’hui encore je dois l’avouer !!)

La voici aujourd’hui :

De la voleuse de plante enfant…
…à « l’experte » en « permaculture » « adulte »

 

Cette plante est un véritable symbole pour moi !

C’est ma Madeleine, elle me rappelle le passé, le présent, le futur. Tout est mélangé dès que je la vois.

Je ressens souvent des larmes imprévues quand j’arrive à me « connecter » à elle.
De la gratitude, envers ma mère, ma famille.
Pour leur Amour de la Nature qu’ils m’ont véhiculé.
Pour cette audace d’une petite fille qui demande à sa Maman de voler une plante…
Pour cette plante qui nous le rend si bien.

Pour la Vie en général.

Et le Temps – qui, apparemment, d’après les scientifiques, n’est pas linéaire.
Et donc c’est toujours un moment atemporel que d’en prendre soin, lui parler, l’observer.

Evidemment, j’aime toutes mes plantes, toutes les plantes que je vois.

Mais celle-ci a une tendresse toute particulière.

Et vous, quelle est votre plante à remonter le Temps ?

Cela peut-être une plante actuelle, ou à venir, pour marquer le Temps d’un nouvel événement.
Pour… et puis, … allez,  sans raison tiens !

Ces plantes sont de vraies madeleines (de Proust) végétales 😊.
Et nous enfant, ou adulte, de vrais cœurs ouverts.

J’ai reçu récemment ce commentaire particulièrement touchant :

En plus, histoire vraie comme vous le voyez, la personne de ce témoignage s’appelle Madeleine, magique n’est ce-pas ?

Pour rebondir sur cette lettre, n’hésiter pas à mettre un commentaire !

Avec toute mon affection.

 

Il est temps de prendre soin de vous,

Florence
Saine Abondance

27 Commentaires

  • Reply
    Rocher
    13 juin 2020 at 8 h 13 min

    Bonjour,

    Je suis intimement persuadé que nous pouvons ressentir l’énergie des plantes et vis versa. Tous est lié dans ce monde par des énergies. Pour preuve la sylvothérapie (bain forestier). J’ai commencé à m’intéresser au x plantes il y a 20 lorsque que j’ai eu ma maison. Je trouvais qu’elles apportaient une sensation de quiétude dans et hors de ma maison. Je suis triste quand je vois des plantes dépérir, mais je suppose qu’elle ont comme nous un temps de vie.
    Merci pour ces histoires inspirantes.

  • Reply
    Soenser
    13 juin 2020 at 10 h 11 min

    Bonjour,

    En réponse à la question souvent posée “comment fais tu pour avoir de si belle plantes?”, je dis, je les arroses quand elle me disent qu’elles ont soif, hé oui il arrive toujours un moment ou en passant à côté d’elles je sais qu’elles ont besoin d’eau et quelque soit le moment je leur donne, si je ne le fait pas de suite, j’ai des rappels à l’ordre jusqu’à l’arrosage et je ressent un grand merci et une immense joie.

    Merci pour votre engagement pour ELLES, LES PLANTES.

    • Reply
      Ali Benaissa,e
      13 juin 2020 at 13 h 28 min

      Bonjour,
      Cette histoire est magnifique.
      Puis -je la partager avec mon groupe sur WhatsApp (Un groupe de méditation)?
      Merci

  • Reply
    Patrick Nicolas
    13 juin 2020 at 10 h 11 min

    Joli moment offert. Cela fait du bien en ce moment….Merci!

  • Reply
    Véronique
    13 juin 2020 at 10 h 20 min

    Trop joli. Ah bas le concept judéo chrétien “tu ne voleras point”….. ça ne se fait pas…..” quand on suit le coeur, tout est parfait.
    Merci pour tous ces partages.

  • Reply
    Mathilde
    13 juin 2020 at 10 h 30 min

    Magnifique ! Ma plante a remonter le temps c’est une plante que j’ai offert à ma maman pour la fête des mères avec l’école quand j’étais en première année de maternelle. Un dracaena qui faisait 15cm de haut et qui a grandit avec moi. Désormais il touche le plafond du salon de ma maman.

  • Reply
    Martine GRANDJEAN
    13 juin 2020 at 13 h 44 min

    Ma belle sœur avait une quantité impressionnante de plantes de toutes sortes magnifiques. quand elle passait à côté de l’une d’elles, dans la maison ou au jardin, elle caressait délicatement la plante, je ne sais pas si elle lui parlait, mais je suis convaincue qu’elle “écoutait” la plante… sa réputation était telle que, dans le village, tous ceux qui avaient une plante “triste”, la lui confiait “pour lui refaire une santé” disaient-ils ! et en effet quelques semaines plus tard la plante était épanouie et pouvait retourner chez elle !

  • Reply
    Jean Paul Mélinon
    13 juin 2020 at 14 h 09 min

    Bonjour Florence,
    Juste pour te dire que la plante que tu as photographiée me semble bien appartenir à la famille des Dracaena.
    Merci pour ton histoire c’est une vraie Madeleine en effet !
    Jean Paul

  • Reply
    pakret
    13 juin 2020 at 14 h 42 min

    désolée de ne pas être d’accord avec beaucoup, je ne trouve rien de beau dans cette histoire puisqu’elle démarre avec un vol ! Drôle d’exemple !

    • Reply
      Jean Paul Mélinon
      13 juin 2020 at 15 h 27 min

      Peut-être qu’en se “décoinçant “un peu… mais bon tout le monde n’a pas l’intelligence d’aller voir plus loin …

  • Reply
    Thierry
    13 juin 2020 at 16 h 11 min

    Bonjour Florence,
    Merci pour votre histoire.
    J’ai aussi ma madeleine. Je vis à la Réunion.
    Il y a plus d’une vingtaine d’années, nous avons décidé de planter un araucaria pour arrêter d’acheter des sapins de Noël chaque année et de les jeter ensuite. Nous avions notre sapin dans la cours. C’était le sapin de notre chienne adorée puisque pas d’enfant à l’époque.
    Il est devenu tellement robuste et gros que tous les ans depuis plusieurs années, nous l’étêtons pour en faire un sapin de Noël pour dans la maison.
    Et ensuite, se trouvant très bien où il est, il nous refait des rejets.
    Cette année, notre sapin d’intérieur faisait plus de 3 mètres de haut.
    Il était magnifique. Voici sa photo.

  • Reply
    MAMEDITH
    13 juin 2020 at 17 h 32 min

    J’ai aussi cette fleur que l’on ne trouve plus sur les marchés ni jardineries et qui pourtant me rappelle les bons moments passes avec ma grand Mère maternelle dans son jardin c’était “LE RESEDA” qui me semblait avoir un parfum extraordinaire.
    J’ai 84 ans et je garde ce parfum et ces moments au fond de moi, si quelqu’un pouvqit me dire où trouver ce trésor j’en serai très heureuse!

  • Reply
    Mireille SAMSON
    13 juin 2020 at 18 h 56 min

    J’adore votre histoire, j’aurais pu le faire avec bonheur et sans complexes.
    Par contre, combien de plantes (rosiers, gloxinias, violettes du cap, sapin décoration de table de Noël) ai-je sauvés d’une mort certaine. Et qui étaient bradées en fin de saison pour 1 €. Tous sont en excellente santé. Je les bichonne car je leur dois bien ça !!! ils ont compris et c’est leur façon de me remercier.

  • Reply
    Bianca Fraioli
    13 juin 2020 at 20 h 14 min

    Bonjour.
    Voici ma madeleine, la plante dont vous voyez la photo à au moins 25 ans. Il y a 17 ans je lui ai parlé en lui disant que ce n’était pas normal qu’elle ne fasse pas de fleur car ma grand mère avait la même et tous les ans elle lui faisait une merveilleuse fleur.
    Et bien qu’elle n’à pas été ma surprise de voir que dans la semaine de mes 50 ans elle m’à fait sa première fleur. J’en ai pleuré tellement j’étais émue. Depuis tous les ans j’ai ma jolie fleur. Je lui fait des bisous pour la remercier , je lui parle et en plus elle me fait des bébés dont je ne sais plus quoi faire.
    Voilà ma jolie histoire. Je vais aller lui dire que je viens de parler d’elle 😉
    Belle journée à tous.

  • Reply
    GIAUME Sandrine
    13 juin 2020 at 23 h 09 min

    Bonsoir,
    Personnellement, il me semble que si ma fille, en voyant une plante en mauvais état , avait souhaité l’emporter pour en prendre soin, j’aurais d’abord demandé la permission de le faire…
    Ma maman qui avait dû à regret quitter sa maison pour aller vivre en famille d’accueil en raison de ses pertes de mémoire avait sur une table ronde, au centre de son salon, une plante semi-grasse et cette plante est restée après le départ de ma mère pendant très longtemps à cette même place, volets fermés, et ma soeur qui habitait un quartier voisin mais n’était pas souvent disponible passait seulement de temps en temps.
    J’habitais et j’habite encore à environ 800 km de là mais un jour où je venais rendre visite à maman j’ai récupéré sa plante. Quand je suis rentrée chez moi, je lui ai souhaité la bienvenue, je l’ai rempotée et j’ai appris à faire connaissance avec elle, à mieux la connaître et je lui parlais. Je voulais en prendre soin comme maman l’aurait fait si elle avait pu. J’ai découvert que c’était un cactus de Noël qui, avec le temps, a grandi, s’est développé, et m’a fait de magnifiques floraisons. Les fleurs sont doubles et d’un rose très vif. Et quelquefois, il m’a fait des petites surprises agréables en me donnant quelques fleurs dans des moments insolites par rapport à ses habitudes. Au fil du temps et de l’amour que je lui ai donné, des bises que je lui ai fait ou des petites caresses, la plante s’est développée et se plait là où elle est.

    Oui, on peut parler aux plantes et je le fait souvent à haute voix. Quand je fourre mon nez dans une rose pour respirer son parfum ou sentir la douceur de ses pétales sur ma joue, il m’arrive de lui dire “merci ma chérie” ou “tu es jolie comme un coeur” par exemple ou, éventuellement, de m’excuser. Eh oui !

    Dans le livre “Sachez parler à vos plantes” de Martin Monestier (édité vraisemblablement dans les années 1980, à l’époque encore des francs), on peut découvrir plein d’informations sur les plantes et des expériences ayant été faites sur certaines ont montré qu’en fonction de l’intention qu’on a envers elles , les plantes réagissent différemment. Cela me fait penser aux expériences de Masaru Emoto qui avait découvert que des cristaux de molécules d’eau étaient différents en fonction de l’exposition à des vibrations positives ou des vibrations négatives. L’eau avait une mémoire et réagissait, non seulement aux vibrations et aux sons, mais également aux mots et images véhiculant des émotions et aux intentions et émotions exprimées par nos pensées.

    Les plantes, l’eau sont des éléments vivants et font partie de la nature. Tout comme nous.
    Bien cordialement.

  • Reply
    YACOBUCCI S.
    14 juin 2020 at 0 h 17 min

    Bonsoir, dans le petit patio de ma grand mère il y avait beaucoup des plantes. Elle accrochait au mur dans de boites de conserves ,qu’elle trouait pour l’évacuation de l’eau, des fougères, et autres dont je ne sais pas le nom, mais celle que j’aimais le plus c’était “les belles de nuit”. Leurs fleurs s’ouvraient le soir et dégageaient un parfum subtil qui enchantait mes sens; J’avais 4 ou 5 ans; Aujourd’hui j’ai 70 et vis à la campagne entourée des fleurs , rosiers, daphne odorat, oranger du Mexique, eleagnus, mahonia etc..; et chaque été, bien sûr, ma “belle de nuit” ou mirabilis jalapa, nom latin. J’ai aussi le potager et cette année une belle serre ou je pratique la permaculture , que je pratiquait déjà avant . voilà que l’amour de la nature né dans mon enfance m’a poursuivit toute ma vie, pour mon plus grand plaisir et celui de mon entourage !!!

  • Reply
    Pellerin Marie-Jeanne
    14 juin 2020 at 7 h 52 min

    La plante que vous avez sauvée semble être un Dracaena compacta. Dracaena veut dire dragon, ce qui fait de cette plante un être encore plus magique. Ce sont des plantes extraordinaires par leur résistance et l’espèce Dracaena draco est appelé dragonnier ou sang dragon car elle produit sur son écorce une résine rouge utilisée autrefois dans la pharmacopée. Le nom latin des plantes ne me fait pas peur car je suis botaniste.
    La plante qui pour moi a franchi le temps, est celle que ma grand-mère avait au fond de son jardin et avec laquelle elle nous soignait au moindre bobo. Elle avait toujours dans un petit pot en verre à couvercle quelques feuilles de cette plante qui macéraient dans de l’eau de vie. Elle l’appelait le “baume bonhomme”. Je me souviens du jour très douloureux où je m’étais enfilée une épine de prunellier sous un ongle, une feuille de baume bonhomme en application, une poupée par dessus et le lendemain, l’épine et l’inflammation avait disparu. A la moindre égratignure, elle sortait un coton et appliquait un peu d’alcoolat de baume bonhomme et le bobo disparaissait. J’ai encore un pied de cette plante au fond de mon jardin. Bien plus tard, j’ai fini par déterminer cette plante. Son nom est la grande balsamite ou menthe coq. Et pour ce qui est de traverser le temps, c’est une championne car elle figure au capitulaire de Villis, une liste de 73 plantes et 16 arbres rédigé sur ordre de Charlemagne afin d’être cultivés dans tous les jardins de son empire. C’est une plante médicinale appelée” Costum” dans le capitulaire. Son nom latin est Tanacetum balsamita. Elle est cicatrisante et sa tisane vient à bout des bronchites. Une étude chinoise révèle le secret de sa puissance, son huile essentielle contient 80% de cétones. J’en prélève toujours un petit morceau lorsque je passe devant elle pour le plaisir de son goût mentholé très puissant. C’est le goût de l’amour de ma grand-mère, ma madeleine de Proust…Bravo pour votre soutient à nos amies les plantes…

  • Reply
    Marie
    14 juin 2020 at 8 h 31 min

    Bonjour Florence et les amis de Saine Abondance.
    Mes plantes à remonter le temps sont liées à des voyages ou à des personnes.
    J’adore rapporter des graines ou des oignons récoltés lors de mes vadrouilles et j’adore aussi les plantes qui m’ont été données par des personnes chères disparues ou non. C’est un peu de leur âme dans mon jardin et ces plantes entretiennent mes pensées pour eux.

  • Reply
    Brigitte cherif
    14 juin 2020 at 10 h 01 min

    J’ai fais la même chose il y a une vingtaine d’années. Une plante abandonnée dans un magasin, bradée à moitié prix, toute malheureuse….depuis, elle m’a suivi dans mes déménagements, elle a traversé la France, et elle mesure deux mètres de haut…. je l’adore…

  • Reply
    JACQUELINE
    14 juin 2020 at 11 h 02 min

    Bonjour;
    Ce n’est pas anodin de voler une plante dans un pot. Comme vous le dites, cela a été fait fait pour la bonne cause, la santé de la plante à lui ré insuffler. Vous avez réussi de toute évidence. Donner la santé aux plantes, me disait un grand-père, te permettra de toujours avoir des plantes sur ton chemin pour te soigner. C’est vrai, réel, confirmé.

  • Reply
    DONINI CHANTAL
    14 juin 2020 at 13 h 15 min

    Bonjour à tous,
    que de belles histoires…alors moi je vais vous parler d’une glycine dont j’ai tardé à mettre en pleine terre. Effectivement, j’avais d’autres travaux à effectuer dans mon jardin et j’ai, comment dire, un peu oublié de l’arroser…alors que je m’occupais de plantations potagères, j’ai eu comme un appel intérieur qui m’a fait prendre conscience que ma glycine avait soif… et pendant que je l’arrosais, j’ai entendu “merci”…ça m’a fait éclater en sanglots…et de suite cette 1ère année elle a fait des grappes de 83 cms et cela continu depuis plusieurs années…depuis j’ai compris que même sans parole aux plantes, la connexion de coeur à coeur parle…

  • Reply
    Lili Delphi
    15 juin 2020 at 14 h 23 min

    Ayant lu la réaction d’un lecteur choqué par l’idée du ‘vol’, je me dis que si la plante était ’bouturable’, il aurait été possible de déposer discrètement sur une table de ce tea-room une bouture dans un petit pot. Mais cela peut prendre des mois ou des années pour qu’une plante se ‘reproduise’, et l’établissement aurait peut-être été revendu ou transformé avant cette ‘restitution’.
    Jolie histoire en tout cas.

  • Reply
    Joëlle
    15 juin 2020 at 17 h 10 min

    Bonjour,
    Un petit souvenir de ma grand-mère qui ne disait pas je vais arroser mes plantes mais : je vais leur donner à boire, elles ont soif.
    Son appartement était un jardin d’intérieur, et son tout petit balcon une jungle. Elle seule (pourtant toute petite et plutôt bien portante arrivait à tout arroser. Ses filles se demandaient toujours comment elle faisait car elles n’y arrivait pas. J’ai toujours connu mes grands parents s’occuper de 3 jardins espacés pour 2 d’entre eux de plus de 1 km, à plus de 80 ans.

  • Reply
    BERNARD JULIEN
    15 juin 2020 at 20 h 10 min

    Juste pour dire que j’ai été ému en lisant ce message. C’est du vrai et ça fait du bien.
    Merci

  • Reply
    Odile
    16 juin 2020 at 16 h 00 min

    Ma maman est une véritable fée. Depuis toujours, elle a quantité de fleurs partout chez elle, et c’est un véritable puits de science concernant les plantes ! Malheureusement, je n’ai pas trop hérité de son don, cependant j’adore fleurs et plantes. Voici notre petit orphelin, le ficus que mon chéri et moi avons trouvé tout piteux et abandonné dans la rue, il y a de ça 3 ans. Le voici aujourd’hui :

  • Reply
    Goujon Raymond
    24 juin 2020 at 12 h 01 min

    bonjour Florence,
    je suis les conseils que vous nous donnez , j’ai réussi à mettre de la paille partout ou j’ai planté.
    Les salades sont bien belles et les pdt aussi ainsi que les haricots verts.
    Je m’étais inscrit à la formation en fin avril et il y a des parties qui étaient disponibles en juin et je ne peux pas y accéder pouvez-vous me les renvoyer ? merci

  • Reply
    Françoise
    1 juillet 2020 at 14 h 31 min

    Bonjour à tous,
    Je m’aperçois que j’ai plusieurs histoires, c’est fou. Notamment un pot d’épicéa trouvé sur le trottoir en janvier 1999, encore garni de quelques pauvres décorations de Noël et destiné à être embarqué par les éboueurs. Je partais déjeuner au restau U, à pied, avec des collègues et je l’ai caché dans la cour derrière le porche avec l’espoir de le sauver. Quand nous sommes revenues, il était à nouveau sur le trottoir… Je l’ai porté jusqu’à mon bureau, mes collègues me disant “tu nous fais honte” et marchant plusieurs mètres derrière moi.
    Je savais que je devais déménager à la campagne (à 700 km !) trois ans après. Je l’ai donc installé dans un pot, sur le balcon
    Il a résisté et il est toujours avec moi, planté pour de bon. Il a végété quelques années, j’ai même craint très fort pour lui lors de la canicule de 2003. Puis il a grandi petit à petit et ce printemps il a battu les records !
    Je ne sais pas comment il est encore vivant et prospère (bien sûr je lui remets de la terre et l’arrose quand je le juge nécessaire) car il règne dorénavant dans le Sud- Ouest, lui, un épicéa de Franche-Comté !
    Je parle aussi aux arbres notamment à un chêne planté sous Louis XVI m’ont dit les spécialistes. Il est planté au bord d’un chemin bordé de champs et qui descend dans les champs de céréaliers. Tout le chemin (environ 400 m) était planté de chênes de chaque côté. MAIS il y a une quarantaine d’années les propriétaires des champs les ont coupés SAUF trois rescapés qui sont sur mon terrain.
    Lors de l’achat de la maison, le propriétaire du moment a dit : “avec ces trois-là vous avez de quoi faire une bonne quantité de bois de chauffage”
    Je n’y croyais pas mais j’ai pu vérifier : ces magnifiques arbres ont été enterrés sur place ! Dans un autre village idem : le cultivateur bio en a trouvé un enterré dans le sol en utilisant son tracteur : il n’y croyait pas non plus
    Je n’avais jamais entendu parler d’une chose pareille

    De petits chênes poussent un peu partout sur mon terrain mais je n’ai pas assez de surface pour les replanter. Je voudrais trouver quelqu’un à qui les donner un jour ou l’autre

  • Laisser une réponse