Alimentation/santé

Comment faire murir les tomates vertes de fin de saison

Ah, nos belles tomates vertes d’été qui tardent à toute murir d’ici la fin de l’automne.

Un classique, n’est-ce pas ?

On les regarde amoureusement chaque matin en priant qu’un brin de soleil vienne finir leur cycle à temps.

Afin de déguster encore en automne les meilleures tomates du monde : celles cueillies par votre main, charnues, succulentes et qui fondent en bouche.

Bonne nouvelle, toutes ces tomates vertes ne sont pas perdues !

A moins que vous soyez dans un climat très chaud encore quelques semaines, je vous conseille de récolter dès aujourd’hui toutes vos tomates vertes qui auront peu de chance de mûrir sur pied.

Ramenez-les précieusement chez vous, à l’intérieur.

Et ensuite ?

Voici la suite en devinette, et c’est 100% validé par la science :

L’astuce pour faire murir vos tomates réside dans la compréhension du mécanisme biologique de cette plante atypique.

Car en réalité, ce n’est pas le soleil mais la chaleur qui fait mûrir vos tomates 😊

Le monde végétal n’a pas fini de nous surprendre ! Certaines plantes comme les bananes ou les tomates mûrissent en fait grâce à un gaz incolore nommé « l’éthylène ».

En gros, c’est une hormone végétale produite par la plante pour accélérer le cycle de maturation du fruit, notamment si les températures extérieures ne sont pas assez chaudes.

Avocat, banane, tomates etc., ces fruits d’origine « exotique » sont dits « climatériques »

Car ils dépendent non pas du soleil, mais de la chaleur.

Les peuples ancestraux le savent bien, un avocat ne mûrit pas forcément sur l’arbre, mais environ une semaine après avoir été récolté.

Et c’est une bonne nouvelle pour le jardinier aventurier qui veut faire rougir ses dernières tomates d’été dans son appartement ou sa maison.

Voici comment procéder :

Je vous propose de tester cette astuce : mettez dans un sac de papier kraft 2-3 tomates avec 1 banane (ça marche aussi avec une poire ou une pomme, dures pas encore mûres).

Attendez quelques jours, puis, « miracle » :
tomate verte => tomate rouge

Mais que s’est-il passé concrètement ? L’art du compagnonnage !

C’est une jeune biologiste russe, nommée Neljubow qui ouvre le bal des recherches scientifiques [1] dès 1886.

Dès 1924, c’est le défilé des fruits dans les laboratoires ; on constate effectivement que certains fruits, comme le citron lui aussi, bénéficient d’un « secret » interne de la plante pour maturer plus vite.

Mais ce n’est que vers les années 1960 que les scientifiques se rendent compte que ce gaz éthylène se trouve en réalité dans toute la plante. Autre bonne nouvelle : ce gaz agit aussi bien dans le fruit, qu’à sa surface !

C’est pourquoi un fruit en cours de maturation qui dégage, permettez-moi l’expression, « à plein pot du gaz éthylène », est le meilleur compagnon pour sauver vos rescapés d’été.

Il suffit de leur faire vivre une courte colocation, et le tour est joué !

Donc concrètement :

  • Puisque le mûrissement de ces fruits « exotiques » ne dépend pas que du soleil, mais surtout de la chaleur, voici 2 réflexes de jardiniers avertis que vous pouvez utiliser.
  • Pour favoriser le mûrissement : mettre un fruit comme une banane, (ou la plante en entier), qui dégage beaucoup d’éthylène à côté des fruits palots.
  • Au contraire, pour retarder le mûrissement, le froid ne suffit pas. Il faudra aussi bien aérer votre pièce pour ventiler l’accumulation d’éthylène.

Attention – Bon à savoir !

La tomate fait partie de la famille des Solanacées, et cette famille continue de nous surprendre car elle a plus d’un tour dans son sac…

  • Les tomates vertes consommées crues sont toxiques ! Si vous voulez les consommer crues, il vous faut absolument les cuire (avec par exemple la recette du chutney).
  • En effet la tomate contient de la solanine dans sa peau. La cuisson permet de diminuer sa présence, pour obtenir un taux qui se rapproche d’une tomate bien mûre, dont la quantité de solanine se retrouve dans une infime quantité !

 

Si cet article suscite en vous des retours d’expériences et des commentaires, merci de les partager ci-dessous dans les commentaires.

 

Il est temps de prendre soin de vous,
Florence

Saine Abondance

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89thyl%C3%A8ne#Maturation_des_fruits

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

17 Commentaires

  • Reply
    Gosselin
    23 octobre 2019 at 7 h 51 min

    Bonjour,
    J’ai disposé mes tomates vertes dans un saladier avec des pommes et des bananes, toutes mes tomates ont mûri en 2 semaines

  • Reply
    Tamimy
    23 octobre 2019 at 9 h 42 min

    Bonjour,
    Rectification d’une petite erreur :un fruit peut-être non pas climatérique mais climactérique.

    Bravo pour tous vos articles.
    Merci.

  • Reply
    Sophie
    23 octobre 2019 at 10 h 23 min

    Bonjour, j’ai effectivement ramassé une tomate bien verte il y a quelques semaines, et après 2 semaines…

  • Reply
    Barbay Annie
    23 octobre 2019 at 10 h 38 min

    Bonjour
    Je me souviens de la confiture de tomates vertes que faisait ma grand mère avec les dernières petites tomates qui n’avaient pas mûri… C’était un délice! Malheureusement je n’ai pas le secret de sa recette maison…

  • Reply
    Claire G
    23 octobre 2019 at 10 h 57 min

    C’est quoi le dernier ingredient? Une feuille de Laurier, je m’attendais à trouver dans l’article la justification de la feuille de laurier? Par ailleurs chez moi ça attire les moucherons, un idée lumineuse pour éviter que ma tentative de mûrissement ne vire pas à l’élevage de moucheron?

  • Reply
    Mme theryca
    23 octobre 2019 at 11 h 46 min

    Bonjour,
    J’ai une question. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à trouver de tomates qui pourrissent comme tous les fruits ? Elles restent rouges et dures sur mon étagère, même quand je les achète dans un magasin bio, même quand elles sont soi-disant d’origine France, même quand je les achète à un paysan qui me dit qu’il n’utilise que de la bouillie bordelaise. Une tomate naturelle pourrit en combien de jours une fois rouge ?

    • Reply
      florence
      23 octobre 2019 at 11 h 52 min

      Bonjour à tous, merci pour vos retours passionnants !

      Chère Claire,
      Merci pour votre demande de précision, en fait c’est la formule chimique de l’éthylène que j’ai écrite au dos d’une feuille, pour bien montrer dans la “recette visuelle” que c’est l’élément clé de l’astuce. Ce n’est pas une feuille de laurier, mais vous avez raison cela y ressemble :).

      Hhmmm eh bien contre les moucherons, au lieu de mettre dans un saladier en plein air vos tomates vertes et ses compagnons, vous pouvez tester l’astuce du papier kraft pour maintenir les fruits dans un sac fermé et limiter ainsi l’arrivée de moucherons.

  • Reply
    Berthet
    23 octobre 2019 at 12 h 35 min

    Bonjour,
    Je ne comprend pas, pour moi la solonine n est pas detruite par la cuisson. Il est déconseillé de consommer des pommes de terre qui ont verdi pour cette raison. Qu en est il ?

  • Reply
    Wagener Bernard
    23 octobre 2019 at 14 h 20 min

    Mes parents placet leur tomates verte entre deux feuille de journaux sur une étagère en bois dans leur cave à l’automne et au printemps nous mangions toujours ces tomates mure de l’automne en salade c’était un vrai délice.

  • Reply
    Pascale
    23 octobre 2019 at 14 h 31 min

    D’accord avec Berthet : la solanine n’est pas détruite par la cuisson : “Il est généralement admis que la cuisson, quelle que soit la technique retenue, à l’eau, à sec ou en friture, qu’il s’agisse de préparation domestique ou industrielle, ne modifie pas sensiblement la teneur en solanine. En effet, cette molécule n’est pas détruite durant la cuisson normale, car elle commence à se décomposer à une température de 243 °C et son point de fusion est de 285 °C.
    En 1998, les méthodes de cuisson couramment utilisées pour les pommes de terre ont montré que la cuisson faisait varier la teneur en solanine. La cuisson par ébullition, par friture ou par micro-onde a un effet variable sur les glycoalcaloïdes. Par exemple, faire bouillir les pommes de terre réduit la teneur en α-chaconine et α-solanine de 1,2% à 3,5 % tandis que la diminution via micro-onde est de 15%. La friture à 150°C n’apporte pas de changement mesurable. Un changement significatif débute à 170°C et à partir de10 minutes à une température de 210°C il est possible de noter une baisse de 40%.” Wikipédia + info vérifiée auprès d’une ingénieure agronome. Donc pas d’abus de confiture de tomates vertes, en particulier chez les personnes fragiles (enfants, personnes âgées).

  • Reply
    Madeleine ARGOUD
    23 octobre 2019 at 17 h 10 min

    Bonjour, Je ne sais pas le pourquoi ou le comment mais chez nous les tomates vertes, on les ramasse, soit on en fait de la confiture, soit on les plies dans du papier journal (pourquoi du journal, je ne sais pas mais du journal). et on les laisse tranquille. Elles mûrissent petit à petit. Je l’ai fait une année car il m’en restait beaucoup de verte et j’ai eu des tomates jusqu’à Noël. Je tiens à dire que j’habite dans la vallée du Rhône en Drome. Quand une tomate verte tombe parce que on l’a accroché par exemple, je fais toujours pareil et j’ai de très joli tomates. Elles ne sont pas ridées et son très bonne. Si mon témoignage peu servir tant mieux. Bonne conservation

  • Reply
    Christine
    23 octobre 2019 at 17 h 40 min

    Bonjour,
    Merci pour cette astuce pour faire mûrir les tomates.
    L’Année dernière j’ai expérimenté quelques recettes pour ne pas perdre mes tomates. Les tomates cerises vertes je les mets dans du vinaigre comme pour les cornichons avec estragon, petits oignons éventuellement, elles sont prêtes un mois après en tant que condiment. À consommer dans les trois mois sinon elles sont trop forte À consommer dans les trois mois sinon elles sont trop fortes.
    Pour les autres tomates vertes, je les coupe en tranches fines je l’ai fait revenir dans Delhuile d’olive avec des oignons. J’installe le mélange sur une pâte brisée j’ajoute du gouda au cumin et j’enfourne 20 minutes.

  • Reply
    JEAN paul ambollet
    24 octobre 2019 at 0 h 33 min

    idem avec les kakis. Je les cueille lorsqu’ils sont jaunes et ils mûrissent sur une table à l’abris du vent ,de la pluie,des oiseaux…
    Notamment des merles …Ces fruits deviennent excellents ,très riches en vitamine C ,à déguster à la petite cuillère ou en gâteaux.
    Les plaquemines ( kakis ) sont sensibles au gel . Avantage de les rentrer .

  • Reply
    landais Jacqueline
    24 octobre 2019 at 10 h 02 min

    Bonjour Florence,
    Mes pieds de tomates étant dans une grande jardinière, et ont des tomates en attente de mûrissement et d’autres en formation; si je rentre chez moi la jardinières et que, en plus de la température agréable, je mets une pomme et une banane est ce que les tomates en formation vont grossir et mûrir ?
    Merci pour les retours.

  • Reply
    Axelle
    24 octobre 2019 at 10 h 43 min

    Bonjour,

    J’ai tenté l’expérience en mettant les tomates vertes avec une pomme dans du papier kraft.
    Au bout de quelques jours, la moitié des tomates était toujours verte, l’autre moitié était pourrie et la pomme aussi!
    A n’y rien comprendre 🙁

  • Reply
    Huguette Blackburn
    24 octobre 2019 at 11 h 31 min

    Bonjour ! J’aurais bien aimé lire cet article AVANT que mes tomates GÉLE !!! Je demeure au Québec et ,,, Je crois que nous sommes trop loin de votre climat ,,, dommage,,,

  • Reply
    Christine
    18 novembre 2019 at 18 h 00 min

    Bonjour. Quid des tomates vertes lacto-fermentées ?
    Quelqu’un en a-t-il déjà fait l’expérience ? Est-ce bon pour la santé après avoir séjourné quelques mois dans une saumure ? Merci pour votre réponse.

  • Laisser une réponse