Le sol/ Les techniques

La technique moquette du gazon !

Si vous avez la chance d’avoir un jardin, c’est un véritable luxe.

Surtout ces jours-ci, en temps de confinement.

Mais justement, faites bien attention à ne pas faire de bricolage ou de jardinage trop périlleux. Préservez-vous bien !

Ces jours-ci, j’entends encore pas mal de tondeuses autour de chez moi

C’est pourquoi je vous écris aujourd’hui sur un sujet un peu différent du potager.

On va parler astuces pelouse. Voici le programme :

  • Comment créer un beau gazon quand on part sur une terre nue ou une terre de remblais ?
  • En quoi consiste la technique « moquette de gazon » ?
  • L’astuce pour avoir gratuitement une belle prairie
  • Tondeuse : mes 5 conseils alternatifs pour cumuler esthétisme ET respect de la vie du sol et de vos pollinisateurs

Car n’oublions jamais que le jardin n’est que le reflet de votre personnalité

Tant qu’on garde quelques zones bien fleuries pour les pollinisateurs, les gazons ne posent aucun souci pour ceux qui aiment bien les jardins au style anglais ou français et qui aimeraient quand même adopter l’esprit permacole.

Comment créer un beau gazon quand on part sur une terre nue ou une terre de remblais ?

Vous le savez, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » selon l’expression célèbre attribuée à Lavoisier [1].

Donc une astuce permacole pour créer du gazon naturellement, c’est… de planter de la moquette de gazon existant.

Moquette de gazon ?!

Oui, il suffit de 50 cm sur 50 cm que vous pouvez « récolter » chez un voisin par exemple.

Voici de quoi je parle :

Comment faire ?

  1. A l’aide d’une pioche, il vous faut enfoncer l’outil en traçant sur le sol un carré ou un rectangle
  2. Une fois cette aire délimitée, enfoncer la pioche en biais.
  3. Peu à peu, vous verrez qu’il suffit de soulever un pan de cette moquette végétale pour que le reste parte avec vous.
  4. Attention, un pan de 50 cm sur 50 cm pèse déjà bien lourd ! Ne visez pas trop grand.
  5. Et surtout, ne laissez pas à nue la partie du terrain que vous venez de « décoiffer ». Paillez bien cette zone ou faites-en un potager (paillé lui aussi bien sûr).

Ensuite ?

Une fois que vous avez ce précieux Graal de gazon existant en main, vous pouvez le planter sur la zone qui deviendra un gazon.

Tutoriel :

  1. Arrosez abondamment la terre nue.
  2. Posez-y délicatement cette « moquette » de gazon.
  3. Et laissez faire la nature. D’ici quelques semaines, les racines auront apprivoisé leur nouvelle terre et la moquette conquerra peu à peu le reste du terrain nu !

Pour ceux qui aiment les prairies et les surprises

Pour ceux qui ne veulent ni potager ni gazon, il existe l’alternative du jardin prairie.

Pour cela, voici une astuce permacole ultra simple : allez dans une prairie près de chez vous et récupérez une motte de terre :

Cette terre contient des centaines de milliers (au moins !) de fleurs locales de prairie de votre région, ultra bonnes pour nourrir la biodiversité de chez vous.

Les graines pouvant rester plusieurs années voire plusieurs siècles en dormance sous terre, vous aurez de nombreuses surprises.

Tutoriel :

  1. Semer à la volée cette terre ensemencée de graines locales en la saupoudrant dans votre jardin, par-dessus un gazon existant, ou sur un terrain à nu.
  2. Arroser abondamment.
  3. Et place aux surprises des fleurs spontanées.

Encore quelques conseils pour ceux qui tondent leur gazon :

Comment associer cette notion de « propreté » de l’herbe bien coupée avec la nécessité de préserver des herbes hautes pour offrir le gite et le couvert à vos auxiliaires naturels chez vous ?

Dans l’idéal pour la faune et la flore, il ne faudrait pas tondre…

Mais bon, essayons de trouver un sage compromis avec les alternatives suivantes :

Conseil n°1 : Ne pas tondre frénétiquement au printemps et en été

Ce sont des périodes clé pour que de nombreux auxiliaires comme les abeilles, par exemple, puissent se nourrir. Ils sortent de l’hiver et ont besoin des petites fleurs sauvages qui s’invitent chez vous.

 

Conseil n°2 : En période de tonte, essayer de découper le jardin en 4 semaines…

… au lieu de tout tondre d’un coup.  La première semaine du mois, vous tondez la partie 1. La deuxième du mois la partie 2, etc…

C’est une méthode adoptée dans de nombreux vergers permacoles ultra abondants.

Et cela peut avoir son effet esthétique ! Les pollinisateurs ne seront pas mis à la porte mais ils devront se déplacer de bande en bande puisque vous leur laissez toujours un î     lot de refuge.

Conseil n°3 : Toujours mettre « une zone 5 » dans le jardin.

C’est un concept des fondateurs de la permaculture : concevoir le jardin de manière ergonomique, en différentes zones de passage et d’utilité.

La zone 0 est souvent la maison, la zone 1 le compost ou les aromatiques puisque c’est une zone où on va chaque jour, etc… jusqu’à la zone 5 où l’on ne va jamais ! Véritable temple de la biodiversité.

Cette zone 5 peut être au fond du jardin, ou par îlot au milieu du jardin !

 

Conseil n°4 : Ne pas tondre autour des arbres ou des arbustes.

La plupart des tondeuses vont couper les racines, sans que vous puissiez vous en apercevoir.

Et là c’est le drame… les arbres et arbustes mettent plusieurs années à atteindre leur taille adulte, et la moindre coupure (à la superficie ou dans le sol) peut les tuer. Car c’est une ouverture aux agents pathogènes comme les champignons.

Si vous avez une souche, vous êtes chanceux ! Gardez-la précieusement et ne la couper surtout pas. Ce sont des temples d’informations à des kilomètres aux alentours pour les autres arbres. Les souches sont également de grands stabilisateurs de votre sol.

Soyez créatifs pour leur donner une seconde fonction au jardin si besoin.

 

Conseil n°5 : Et si vous louiez des animaux pour « tondre » la pelouse ?

Si vous avez un jardin assez grand, c’est une astuce économique et ultra intéressante pour « préparer » le terrain du potager.

On appelle cela « eco-paturage ». Lapin, mouton, cheval, oie… loués à la journée et mis dans un espace clôturé chez vous (sinon, ils vont littéralement TOUT tondre).

En plus, des études scientifiques sont déjà en train de montrer que faire une rotation de ces animaux est bénéfique pour la fertilité du sol et la stimulation des plantes. Les animaux ont un poids, une façon de marcher, de picorer, de brouter et une salive particulière qui interagissent positivement avec le jardin.

Si c’est un sujet qui vous intéresse, je pourrai vous en reparler prochainement.

 

Si vous avez d’autres conseils sur cette thématique, merci de les partager directement sous cet article.

J’espère que cette lettre vous aura plu.

Il est temps de prendre soin de vous,

Florence
Saine Abondance

 

[1] En réalité, il semblerait que cette expression soit inspirée du philosophe grec présocratique Anaxagore : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. »

Article à faire, tu peux reprendre tel quel il est evergreen 😊

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

7 Commentaires

  • Reply
    Anne Françoise Lauzier
    21 mars 2020 at 10 h 09 min

    Bonjour
    Merci infiniment de vos articles toujours pleins de bon sens et de conseils judicieux!
    Y a t il des sites permettant de louer des animaux pour la tonte du jardin?
    Merci beaucoup
    AFL

  • Reply
    Françoise Genuist
    21 mars 2020 at 11 h 02 min

    Bonjour et merci pour vos articles très intéressants.
    Nous créons un jardin partagé ( en stand-by pour le moment), et nous avons l’intention d’ensemencer les allées de trêfle Incarnat qui ne s’étale pas trop pour remplacer le gazon. Cela, d’une part pour limiter les tontes et d’autre part pour respecter la biodiversité.
    Qu’en pensez-vous ?

  • Reply
    Kohlman Robert
    21 mars 2020 at 12 h 23 min

    Nous avons des brebis, Soay qui tondent très bien !

  • Reply
    Veronique Bouan
    22 mars 2020 at 14 h 59 min

    Bonjour,
    Lorsque nous tondons les pelouses, nous laissons comme des massifs
    de pelouse non coupés. En forme de rond ou de haricot ou de croissant
    de lune. Nous repérons un endroit plein de bouton d’or par ex. et nous
    tondons autour. c’est trés sympa à l’oeil, pour les papillons, les abeilles….

  • Reply
    hubert talpain
    22 mars 2020 at 15 h 59 min

    merci pour vos précieux conseils.

  • Reply
    Sam Baudelaire
    22 mars 2020 at 17 h 16 min

    Bonjour, concernant la tonte du jardin, j’ai opté l’année dernière pour cette solution. J’ai tondu mon jardin en traçant des allées qui partaient de la maison et qui menaient à différents points stratégiques du jardin (potager, compost, cabanon au fond du jardin, etc…). A chaque tonte je repassait au mêmes endroits. Le reste laissé en friche à poussé avec son lot de fleurs et d’insectes bourdonnants. C’était très joli.
    Sam

  • Reply
    Brieu Murielle
    23 mars 2020 at 10 h 09 min

    Bonjour
    Je suis avec attention vos vidéos. Malheureusement je n’ai pas de jardin pour le moment.
    Par contre,
    je vais prochainement hériter d’un grand jardin en région tropicale. Vos conseils valent-il pour les régions chaudes ?
    Sinon, auriez-vous des références de sites, formations, etc. adéquats ?

  • Laisser une réponse