La philosophie

Tout cela, en seulement 50 ans…

Chère lectrice, cher lecteur,

« Mais comment faisaient-ils avant ? »

C’est une question qui m’a souvent traversé l’esprit. Et c’est toujours émouvant de voir les enfants se poser cette question pour la première fois de leur vie.

Ils nous regardent alors avec stupeur :

« Mais ?!…Comment faisaient-ils avant ? » :

  • Avant Internet
  • Avant les GPS
  • Avant les supermarchés
  • Avant avant…

… ce jeu peut durer très longtemps !

Loin de moi l’envie d’être nostalgique !

Car si on fait le bilan de ces 50 dernières années dans le monde, le constat est vertigineux : en bien comme en mal !

Je trouve qu’on a vécu, ces dernières années, un condensé absolument dingue de progrès et de changements ! Mais le progrès selon moi, c’est comme un outil : certes, c’est incroyablement puissant, mais il faut veiller à son intention afin de s’en servir noblement.

Voici quelques chiffres qui font froid dans le dos :

En moins de 50 ans :

  • Dans le monde, on a perdu 90% de la biodiversité.
  • En France, on a perdu 75% de nos cultures potagères. [1]

Sans compter la perte de notre autonomie alimentaire à tous les niveaux :

  • Par exemple, la ville de Marseille était autosuffisante à 100 % en 1950 ; aujourd’hui, elle ne produit plus que 1,3 % de ce qu’elle consomme. [2]
  • Les nutriments contenus dans une pomme de 1950 équivaudraient à ceux de 100 pommes aujourd’hui. La pomme d’aujourd’hui issue d’agriculture du « tout chimique » aurait ainsi moins de vitamines car les sols d’aujourd’hui sont moins vivants qu’à l’époque. Or, les fruits et les légumes tirent leurs vitamines et leurs minéraux d’une symbiose avec un sol vivant… [3]
  • En France, chaque semaine, 200 petites fermes disparaissent… [4]

Mêmes dans nos familles, le savoir-faire se perd

On parle souvent des enfants en ville qui croient qu’un poisson est … un bâtonnet de poisson :

fish sticks

Mais la plupart ne savent pas non plus reconnaître les légumes d’un potager ou ne savent pas distinguer ceux qui poussent en terre des autres. De nombreux jeunes adultes n’ont ainsi jamais vu de salade fleurie de leur vie :

Tout cela, en moins de 50 ans !

En m-o-i-n-s de 50 ans.

Mon but n’est pas de vous déprimer pour la journée : bien au contraire !

La preuve : imaginez tout ce qu’on peut faire pour rétablir les choses : en MOINS de 50 ans !

La situation actuelle n’est pas une fatalité.
En moins d’une génération, nous pouvons inverser les choses !
Nous pouvons, tous à notre échelle, avoir un impact incroyablement positif sur la préservation de la nature et restaurer notre autonomie alimentaire !

Prenons le cas des sols :

En moins de 50 ans, un tiers des sols est devenu mort… [5]. Mais là encore le positivisme est à mettre en action : car les experts vous le diront, un sol mort peut redevenir vivant en quelques années seulement ! [6]

C’est une excellente nouvelle ! On peut agir partout, même dans nos jardins.

Le jardinage n’est pas anodin :

Selon moi, le jardinage est un outil de Colibri. Connaissez-vous la merveilleuse histoire du colibri ?

Il s’agit en fait d’une légende amérindienne que Pierre Rabhi a rendu très célèbre :

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : “Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! “

Et le colibri lui répondit : “Je le sais, mais je fais ma part.” »

Est-ce que vous êtes-vous partant vous aussi ?

Est-ce que vous aussi vous partagez cette vision du jardinage comme outil au quotidien du changement ?

Il est temps de prendre soin de vous,
Florence

Saine Abondance
« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » – Gandhi

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

114 Commentaires

  • Reply
    Stéphanie ROUSSILLOT
    17 avril 2019 at 7 h 32 min

    En effet si chacun fait sa part de travail, de réhabilitation de la terre,pour être plus en osmose avec la nature. Si chacun fait sa part, nous pourrions avec de l’eau souterraine moins polluée, nous verrions des jardins plus riches.
    Je vais essayer pour la 1ère année de faire de la Permaculture, et j’essaie de faire selon mon ressenti. J’ai toujours eu la main verte. J’ai récupéré des graines qui germaient dans une pomme, une tomate et elles poussent !
    J’ai commandé des graines de légumes originaux.. On verra bien , mais je suis confiante. Je veux faire découvrir une autre façon de jardiner à mes enfants.
    Alors tous à vos graines. Et faite du plus Naturel et moins polluant !

    • Reply
      Nathalie
      8 mai 2019 at 11 h 43 min

      Bonjour ^^
      Ouiii je suis tout à fait d’accord, chacun DOIT contribuer, même comme le ptit colibri, surtout, et TOUS ensemble, j’ai lu qu’on est trop individualiste et j’en suis d’accord, mais il FAUT démontrer aux gens qu’il faut qu’on RE DEVIENNE comme il y a 50ans …
      Merciii Florence pour tout et surtout n’arrêtez pas, j’adore… je voudrais partager sur les réseaux toutes vos lettres pour les réveiller de leur hibernation ^^

    • Reply
      quinones isabelle
      3 juin 2019 at 8 h 28 min

      Je parlais de mes petites gouttes de colibri hier Dimanche sur le facebook de mes chambres d’hôtes. Je garde mon thé utilisé dans un bocal avant de l’ependre dans mon mini jardin de ville ainsi que mes épluchures dans un seau pour faire du compost (à la campagne car trop de mouches et moucherons pour mes hôtes.
      Je garde tous mes pépins et noyaux pour les jeter dans la nature quand le sac sera plein, repoussera ce qui pourra. Je garde mes coquilles d’oeufs pour protéger nos salades ou donner aux 4 poules de mon compagnon. Le sac en papier des croissants du matin de mes hôtes devient sac poubelle de salle de bain. Je fais ma lessive avec du savon de Marseille, hyper facile et efficace, j’ai réinstallé un fil à linge,moins de bruit, économie et un linge plus blanc…Et je vais continuer, je cherche un fournisseur d’energie RENOUVELABLE, pas facile (35% seulement pour le moment) et je vais m’installet des toilettes sèches dans un petit bâtiment de ma cour ( délicat mais ira qui voudra :)).
      Voilà ce que fait le colibri en moi, remué de savoir que nous avons épuisé depuis le 10 mai 2019 l’énergie que Mme terre peut nous donner cette année :((
      isabelle
      La Cerisée de Deauville

    • Reply
      Cavenel
      3 juin 2019 at 9 h 09 min

      Je pratique depuis 20ans et répéte cela autour de moi:tout petit geste est important,l’essentiel est de faire ce que l’on peut,ne pas mettre la barre trop haut et ne rien faire!

    • Reply
      Tiphaine
      2 septembre 2019 at 3 h 44 min

      Merci pour ces articles encourageants ! Et j’en ai bien besoin. Je suis une des rares aux jardins partagés à laisser pousser les fleurs sauvages entre mes plans, à enrichir le sol en mode forêt … Mais de voir tous ces pollinisateurs dans mon jardin me remplit de joie et me fait dépasser les sarcasmes de jardiniers plus traditionnels 🙂 Merci

  • Reply
    Brigitte
    17 avril 2019 at 7 h 33 min

    J aime beaucoup vos articles… Continuez…
    Oui nous sommes des petits colibri mais encore trop individualistes…. Quand nous avons la chance d avoir un jardin vierge de tout pesticides on profite…. Et quand on voie le voisin répandre du deshebant on a peur pour nos sous sol…. C est une prise de conscience énorme déjà…

  • Reply
    Chazalon
    17 avril 2019 at 7 h 42 min

    Absolument d’accord. Que chacun fasse ce qu’il a à faire même si ça paraît insignifiant . Restons optimistes .

  • Reply
    Tartar Joël
    17 avril 2019 at 7 h 47 min

    Bonjour. Oui , bientot j’aurai enfin de l’espace, et je pourrai faire ma part. Merci pour tout ce que vous faites.

  • Reply
    lauriane
    17 avril 2019 at 7 h 54 min

    Votre mail tombe tellement bien aujourd’hui ! Dans notre démarche active de préserver notre environnement, nous commençons a nousnlancer dans la permaculture dans l’espoir de ne vivre que de nos récoltes un jour.. démotivée depuis quelques jours, vitre mail me redonne confiance et envie! L’histoire du colibri est ce qui nous fait avancer dans toutes nos démarches merci de me le rappeler ce matin! Et merci pour tout ce que vous nous apportez !!

  • Reply
    Bacot
    17 avril 2019 at 8 h 16 min

    Bravo pour votre combat, votre confiance votre regard positif ce sont des attitudes courageuses et contagieuses ! Vous faites du bien ! Merci!

  • Reply
    Lassechere
    17 avril 2019 at 8 h 35 min

    Bravo !!vos articles sont passionnes et passionnants zt je vous lis souvent dans le train le matin avz grand plaisir. Je vais faire un petit potager chez moi et vous me motivez a passer a l’action! Alors merci de partager votre passion! Bonne journee Sabine

  • Reply
    Valérie
    17 avril 2019 at 8 h 37 min

    Très juste ! Il faut convaincre au maximal que tout n’est pas fichu et obliger les grands groupes à s’adapter à de nouveaux désirs de consommation

  • Reply
    éliane charles
    17 avril 2019 at 9 h 07 min

    je viens de commencer mon potager en permaculture mais j’ai planté les légumes enfin ceux qu’on peut pour le moment et je ne sais si je dois directement couvrir avec de la paille ou attendre que le légume sorte?
    j’ai travaillé la terre avec une grelinette que j’ai acheté et je ne souffre plus du dos comme avec la bêche. Je sais que cette façon de faire permettra à ma terre de se réjouir car la terre est notre mère nourricière et on a tendance à l’oublier. Pour ma part je n’ai jamais employé de pesticide même par le passé. J’attends de voir le résultat
    merci de vos bons articles qui me guident. Je suis comme le petit colibri je veux faire ma part
    bien à vous éliane charles

  • Reply
    YVRON Marie
    17 avril 2019 at 9 h 56 min

    Oh que oui je partage cette vision présentée plus haut et j’essaie au quotidien de la mettre en oeuvre par un jardinage qui préserve et prend soin toutes les petites bêtes dans la terre (je n’utilise pas de motobêche, qui tue tous les vers de terre en retournant, malaxant la terre, ni bêche d’ailleurs). J’ai vu des reportages de Pierre Rabi et de M. Mme Bourguignon, tout ce labourage intensif fait froid dans le dos. Moi, je “gratouille” la terre pour semer, je laisse les feuilles, les différentes herbes sur la terre, j’utilise la tonte pour préserver l’humidité et ainsi garder toute la faune souterraine! Un compost a aussi sa place au jardin! Sur notre petit bout de terre, nous essayons d’être autonome. En passant un peu de temps dans son jardin, on y arrive. Nous n’achetons très rarement des légumes, fruits et surtout si nous en achetons ils seront de saison en privilégiant leur achat au marché tout près de chez nous. Fleurs, légumes, fruits, herbes, pissenlit, primevère,…. se côtoient, les bourdons sont arrivés depuis quelques jours, les abeilles ne vont pas tardées! Vive le jardin au naturel.

  • Reply
    Fassi
    17 avril 2019 at 10 h 41 min

    Bonjour, je suis tout à faitd’accord avec vous. Tout est possible si chacun y met du sien. Pour ma part, je cultive qq légumes et j’ai 4 poules qui subviennent largement à nos besoins en oeufs ! Mes enfants baignent dans cet étatd’esprit d’autonomie et de non-gaspillage mais c’est un combat de tous les jours compte-tenu de ce que notre société de sur-consommation nous inflige ! Pour ma part, j’essaie de limiter l’impact télévisuel mais arrivés au Collège, les enfants sont baignés dans cet environnement du toujours-plus, toujours-mieux … Merci pour votre action, au plaisir de vous lire…

  • Reply
    Valérie Begon Rodriguez
    17 avril 2019 at 11 h 55 min

    J’ai pris conscience de l’importance de changer nos habitudes . Je suis en train de mettre en place le système de permaculture . Mais j’aimerais savoir où est il possible de trouver des graines a semer mais d’antan ?

  • Reply
    Geneviève JEAN
    17 avril 2019 at 13 h 00 min

    J’ai un peu plus de 70 ans et j’ai vu l’évolution en bien et en mal de la vie en général. Je fais mon potager depuis bien longtemps après avoir changé de vie à 40 ans. Je suis revenu vivre à la ferme familiale, mon plus grand plaisir c’est lorsque je vois des jeunes s’investir dans un potager SAIN, j’essaie du mieux que je peux de faire passer mes connaissances qui sont un peu plus “conventionnelles et traditionnelles” que les vôtres, mais je prends des idées que vous diffusez et les transmets un maximum. Que chacun revienne à une vie saine et agréable et le monde sera plus doux et plus respectueux de l’humain et des êtres vivants dans son ensemble, le partage est un geste d’amour et il n’est pas très difficile. Bonne journée

  • Reply
    claudine montagnon
    17 avril 2019 at 15 h 27 min

    Depuis toujours je cultive mes légumes , enfant avec mes parents et ensuite avec mon conjoint et mes enfants et a ce jour mes filles veulent toutes un jardin . OUI c est vrai que beaucoup de gens ignore ce plaisir de cultiver et récolter ensuite .Mais je pense que, petit a petit, que cela va revenir comme une mode de faire un jardin , Pour moi c est pas une mode , cela aurait du rester dans la vie de chacun .

  • Reply
    Audebert lasrochas
    17 avril 2019 at 15 h 45 min

    Bien sûr nous nous rendons compte du changement de notre vie . Les choses les plus simples et utiles sont transformées par de l’intitulé et parfois par la destruction de tout.
    Je ne vais pas ressasser tout ce que vois et entends à la télé et ailleurs . Il faudrait utilisé les belles capacités de chaque personne de bonne volonté pour reprendre et améliorer la vie pour eux et leur apprendre à donner. Je suis sûre qu’ils ne savent pas eux même qu’ils ont ce talent. Revenir fier d’eux même et leur prononcer tous les mots d’encouragements pour les faire aller de l’avant.

  • Reply
    Miche
    17 avril 2019 at 16 h 24 min

    Je suis jardin depuis ma plus tendre enfance comme mes anciens et ne vois pas la vie autrement j’ai 42ans et n’envisage pas de changer de direction car pour moi le jardin et source de tout ce dont l’humain à besoin sur tout les plans un équilibre si parfais en éternel renouvelement
    Je vous souhaite pleins de bonnes choses et de bons moments en compagnie de mère nature

  • Reply
    Dédée
    17 avril 2019 at 16 h 32 min

    Merci pour vos nouvelles. Oui ,nous participons, avec nos petits moyens, à sauver les sols. Depuis 22 ans que nous avons un jardin potager, nous l’enrichissons avec compost et fumier mais aucun produit chimique n’y a été utilisé depuis. Nous allons mettre en applications vos conseils de permaculture. Peut être ferons nous des erreurs, mais nous recommencerons s’il le faut. Si vous pouvez éditer vos fichiers sur papier, nous sommes vivement intéressés. Bonne journée

  • Reply
    catherine dupeyroux
    17 avril 2019 at 17 h 33 min

    Je suis totalement d’accord avec vous, et pour ma part….je fais ma part comme le petit colibri depuis bien longtemps. Je suis convaincue que chacun d’entre nous et responsable du bout de terre qu’il occupe et de ses actes. Donc nous sommes tous des colibris encore faut il avoir la volonté d’agir pour. Merci pour vos conseils de jardinage, je vais me lancer dans un jardin surélevé de 80 cm environ mais relié à la terre car sans fond…..je vous tiendrai au courant de mes avancées. Cordialement.

  • Reply
    sabine Meunier
    17 avril 2019 at 21 h 52 min

    bonjour!
    je suis toujour ravi de vous lire! chaque sujet et bien rempli d’Amour de la terre! nous somme de plus en plus autonome, notre jardin est fait de butes, nous sommes tres amis avec les mauvaises herbes que le monde apelle! nous consomons beaucoup de tisanes medicinale que je fais moi même; belle continuation dans vos projets.

  • Reply
    le lorrain
    17 avril 2019 at 22 h 31 min

    Je suis très contente de vos information, j’ai du terrain et je me fatiguai beaucoup à travailler la terre maintenant je suis vos conseils et j’espère bien faire je désire me nourrir en partie de travail merci .

  • Reply
    Di Rienzo
    17 avril 2019 at 22 h 58 min

    Merci pour cette leçon d’espoir, bien sûr que je suis convaincu que le jardin potager est l’avenir d’un retour à la vraie agriculture. Je paille mes planches de cultures, apporte du compost frais et des fumures naturels, je vois renaître le sol fertile et mes légumes sont saint et goûteux. Moins de travail pour plus de rendements en respectant la nature. Je partage avec les limasses et les ravageurs, mais au moins je consomme du vrai Bio. Par de petits exemples, un jour les grandes exploitations intensives vont finir par comprendre où est la vérité et l’avenir de notre planète. Encore merci ????

  • Reply
    Annie.marche
    18 avril 2019 at 12 h 47 min

    Je suis née a la campagne en 1956, à 16 ans je suis partis en ville pour travailler et je n’ai pas pu revenir et je n’en ai pas souffert au début… tout nouveau, tout beau. Mais à partir d’une trentaine d’années maladies de pire en pire . Pour être heureux, la verdure, le bon air si l’on peut jardinage même dans une caisse en bois c’est ce que je fais en ville …

  • Reply
    michele fraiture
    18 avril 2019 at 13 h 25 min

    très bel article,je suis un peu aussi comme le colibri,je ne connait pas beaucoup en jardinage mais j essaye de faire mon possible façon permaculture et avec mes enfants de 7 et 10 ans,on apprend ensemble pour être de plus en plus autonome par nous même.et le jardin est devenu pour moi comme pour eux une passion

  • Reply
    Manon Depont
    20 avril 2019 at 6 h 06 min

    Oui j’aimerais apporter des changement pour nous….notre generation mais aussi et surtout pour celle de mes petits enfants donc pour les generation futur.

  • Reply
    Rossion
    22 avril 2019 at 14 h 13 min

    Merci pour vos bons conseils.

  • Reply
    Claire
    5 mai 2019 at 16 h 15 min

    merci pour tout.

  • Reply
    FREGEAC
    8 mai 2019 at 8 h 55 min

    Bien sur faire chacun son petit colibri c’est bien , mais nous nous heurtons à la puissance des grands groupes qui prennent les déci
    sions dans leurs seuls intérêts financiers ; n’est-ce pas en grande partie à cause d’eux que la biodiversité est à l’agonie ? Les océans
    se vident , toutes nos eaux sont polluées etc… Nous allons vers une extinction de nous mêmes par diverses pénuries et maladies !!!

  • Reply
    Christian LOMBARD
    8 mai 2019 at 10 h 12 min

    je me suis retiré dans le cantal suite à un ras le bol de l’urbanisation que je subissais , et je redémarre un jardin et un verger entièrement bio; je continu à fabriquer mes propres purins (ortie en abondance sur le terrain et consoude ). j’ai trouvé une maison sur 1.3 ha de terre de pâturage non traitée dans un hameau retiré de 15 maisons et je démarre mon potager depuis un mois, le verger suivra en automne.Je récolte mes graines depuis 10 ans et je fais mes propres plan; avec de la rigueur ça marche bien.je souhaite beaucoup de courage et de ténacité à ceux qui décident de se lancer dans le jardinage bio et de qualité; ça marche avec beaucoup de patience.

  • Reply
    José
    8 mai 2019 at 15 h 31 min

    Bonjour à tous,
    Oui, il faudrait que tous nous fassions notre part. Moi j’ai commencé la permaculture il y a trois ans, j’ai fait des planches de 1 m x 6 m et, entre 50 cm de passage.
    Il y a 2 ans j’ai acheté un broyeur BOSCH pour me faire du BRF avec toute les tailles de mes arbres fruitiers et d’ornement, j’ai aussi mis en place l’électro culture, j’ai enterré un fil galva de 2.2 mm de diamètre à 30 cm sous terre espacés chacun de 1 m tous dirigés SUD NORD, coté SUD j’ai mis un aimant puis une antenne en plus de 3 m de hauteur. Je ne travaille plus du tout la terre, les vers s’en occupe pour moi et elle est souple et grumeleuse. Pour amender, je coupe de l’herbe avec ma débrouisailleuse que je laisse sur place sécher, puis je la passe dans un broyeur que je me suis fait puis pour un bac d’herbe je rajoute 2 bacs de feuilles mortes de mon bois que j’ai passé au broyeur, je mélange le tout et je recouvre le sol de 5 cm mini autour des plantes. Au printemps purin d’orties et urine mélangée à 1 pour 10 avec de l’eau. Vous pouvez me contacter si cela vous a plût. Salut à tous!!

  • Reply
    Olivié
    8 mai 2019 at 16 h 45 min

    Tout-à-fait d’accord, ce n’est que si chacun se bat sur son petit lopin de terre,que l’on pourra avoir un résultat positif,et retrouver l’abondance!!

  • Reply
    patricia malengreaux
    8 mai 2019 at 17 h 39 min

    La cause de tous ces chamboulements négatifs est que la population mondiale a plus que doublé en 50 ans.
    En France environs 14 millions d’habitants en plus qu’en 1970.
    Les terres cultivées jadis sont devenues des terrains tout béton, jonchés de logements et pas forcément pourvus de jardins.
    Les cultures potagères ont été remplacées par des aliments aux pesticides fournissant les usines de malbouffe.
    Chacun doit amener sa pierre à l’édifice, et heureusement que des sites comme le votre existe pour aider les personnes de bonne volonté, mais ce ne sera pas suffisant pour sauver la planète. La seule solution qui permettra aux autres solutions (dont la votre) d’être efficaces c’est de limiter les naissances à 2 enfants par famille.

  • Reply
    MANGE Daniel
    9 mai 2019 at 1 h 03 min

    je venais de terminer la confection d’une compote de pomme-poire bio, délicieuse sans sucre ajouté se suffisant à elle mêm,e, arrive avec sa maman une fillette de 5 ans que je sais gourmande, je lui propose de goûter la compote, je lui pose la question si elle aime, réponse immédiate,non pas du tout. je lui pose la question qu’aime t-elle comme compote? réponse les petit pots industriel type ANDROS, conclusion en 50 ans les jeunes générations ne connaissent plus que du chimique,ce sera l’éducation industrielle du palais de l’enfance pour toutes ces dernières générations. s’en suivra une mutation génétique? de quel ordre?…….

  • Reply
    Bremard Caroline
    9 mai 2019 at 12 h 38 min

    J ai commencé un potager en Permaculture depuis l an dernier , j apprends grâce à un groupe sur le net , des vidéos , des livres et je me régale . J ai appris énormément de choses et j en apprends tous les jours ! J adore ! Pour l instant je suis loin d être en autonomie alimentaire , mais chaque petit pas nous rapproche de la Nature et du respect du vivant . Si chaque habitant de cette Planète prenait conscience de son importance dans la sauvegarde de notre Terre , nous serions sauvés et toutes les espèces avec nous !

  • Reply
    pomedetere
    10 mai 2019 at 8 h 06 min

    Bonjour
    Très belle façon de nous rappeler la réalité, espérons seulement qu’il soit lu un max et que nous prenions conscience qu’il faut agir et au plus vite
    C’est à nos dirigeants de prendre des mesures fortes pour encourager et responsabiliser les tout à chacun

  • Reply
    Le Rire des Anges
    12 mai 2019 at 7 h 09 min

    Merci pour touche de positivité. Effectivement en 50 ans nous avons abîmé beaucoup… j’attaque mon potager du mieux que je peux et le plus sainement possible!
    À chacun de faire ce qu’il a à faire!

  • Reply
    georis sophie
    13 mai 2019 at 8 h 44 min

    Bonjour,
    nous voilà en route , au sein de notre famille pour la permaculture…. vos courriers m’apportent une vision simplifiée de la réalisation d’un espace en permaculture… ça me fait un bien fou ; ) “il n’y a plus qu’à…” comme qui dirait. La réflexion, l’apprentissage, les lectures, les échanges … c’est ok. maintenant, passons à l’action! Go!, et très belle journée à tous

  • Reply
    Danielle
    13 mai 2019 at 21 h 53 min

    Tous les jours je m’active dans mon jardin et dans mon potager avec le souci de m’améliorer et de gâter mon jardin ce qui n’était pas mes principaux objectifs il y a quelques années. J’essaie de mettre en pratique ce que j’ai appris de la permaculture depuis ces dernières années et c’est la raison pour laquelle je me suis inscrite à Sainte Abondance. Mes voisins s’étonnent de voir mes cultures et mes expérimentations car j’ai un certain âge mais je suis courageuse et pugnace comme le colibri. Bon courage à tous les jardiniers (es).

  • Reply
    MPG
    16 mai 2019 at 11 h 13 min

    bravo pour votre objectivité et votre positivisme. C’est nous, les citoyens à agir, chacun de notre côté pour “reprendre du terrain”
    Notre potager sera notre étendard. Pour apprendre comment commencer, commencez par lire “Saine abondance”. Il y en a d’autres ! pour le reste utilisez votre balcon, votre terrasse, votre parc, votre parking, même votre trottoir dans certaines rues.
    Notre force est notre nombre.

  • Reply
    Alain BRUNET
    22 mai 2019 at 19 h 34 min

    Super site. Suite à notre déménagement, dans notre nouvelle maison j’ai commencé la permaculture l’année dernière sur les conseils de mon fils et sa femme.
    C’est impressionant le rendement dès la première année. et pas un produit chimique acheté! tout est bio! avec nos trois poules en plus, nous ne sommes pas loin du paradis! Merci pour votre page, votre news letter et tous vos articles. A.B.

  • Reply
    Guytou et Jeanine
    23 mai 2019 at 10 h 14 min

    Sommes sur le beau chemin de la transmission inter générationnelle.

  • Reply
    Gilles ROMAND
    25 mai 2019 at 7 h 07 min

    C’est exactement ma vision des choses. Ne demandez rien, faites simplement votre part !

  • Reply
    DANIELLE
    28 mai 2019 at 10 h 57 min

    Tout d’abord merci pour votre site internet. Oui je pense que chacun doit faire sa part même si elle est minime. Chaque jour dans nos activités je fais attention ; ne pas prendre la voiture pour un rien (je suis éloignée de tous commerces), économiser l’eau, faire ses propres produits ménagers etc.….
    Je suis pleine d’espérance car je crois que les jeunes du monde entier vont faire bouger ceux qui nous dirigent et je les y encourage. J’ai des petits enfants et je voudrais qu’ils consomment moins mais meilleurs.

  • Reply
    michèle dabsalmont
    30 mai 2019 at 11 h 40 min

    Très bel article, plein d’espoir : il suffit qu’on devienne tous et toutes des colibris !

  • Reply
    Corinne
    31 mai 2019 at 13 h 57 min

    Oui c’est important de soigner la terre et sa biodiversité. Pour moi c’est devenu une vrai passion

  • Reply
    SAMOU selmi
    1 juin 2019 at 7 h 31 min

    Bonjour ce que vous dites est vrai il n’y a plus autant d’insectes même les animaux j’e vois de moins en moins par contre les tracteurs avec leurs grosses cuves chimiques il y en a de plus en plus il faut que l’ho change autrement la belle planète terre sera perdue 🌍☀️

  • Reply
    Claudiej
    1 juin 2019 at 12 h 35 min

    Oui je fais ma part de colibri car je n’ai que peu de place mais je permaculitive à ma petite échelle et surtout je me refuse à acheter des légumes hors saison !!!

  • Reply
    pat
    1 juin 2019 at 12 h 46 min

    Je suis un colibri.

  • Reply
    Mermillod-Blardet
    1 juin 2019 at 16 h 10 min

    Bonjour. Même si je ne sais faire pousser que des orties et des mauvaises herbes, je suis une grande nostalgique de ces grands jardins que l’on voyait dans nos campagnes dans les années 60/70. Bien sûr on y trouvait toutes sortes de légumes, mais des fleurs aussi, et parfois à l’ombre d’un arbre, un banc et une table. Et on pouvait écouter le silence, qui n’était “perturbé” que par le magnifique chant des oiseaux…

  • Reply
    Marie.Arlon
    2 juin 2019 at 9 h 01 min

    C’est tellement vrai ! … Et ça peut aider à faire des blagues au premier avril !!! Une année, j’ai invité mon voisin à aller chercher un grand saladier pour récolter des fraises pleine terre et non couvertes un 1er avril; il n’a récolté que quelques poissons en papier … et on a bien rit ensemble. J’en ai profité pour lui expliquer que les fraises ne pouvaient pas pousser avec les froids qu’il faisait encore et qu’il leur fallait aussi des journées un peu plus longues. Pour avoir de bonnes fraises, il faut attendre la bonne saison !

  • Reply
    emmanuelle
    2 juin 2019 at 12 h 33 min

    je suis très intéressée et motivée par la perla culture mon potager a déjà changé d’allure c’est passionnant la terre s’´est améliorée.merci pour ce blog ..gratuit en plus merci
    de mon côté je suis en lutte contre le bétonnage des derniers endroits libres autour de Paris aussi nous avons un site pour protéger la fameuse Île Seguin menacée de constructions or nous rêvons d’une île verte , d’un poumon , d’un îlot de fraîcheur dans la canicule , j eme permet de pose la référence du site si cela vous intéresse je vous remercie tous les colibris
    https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/ile-seguin-creez-ile-verte-paris/38386

  • Reply
    Marie José Sicurani
    2 juin 2019 at 14 h 01 min

    J’ai un hôtel en montagne que ma famille gère depuis plus de 100 ans en respectant l’environnement. Ces dix dernières années, j’ai constaté un déclin anormal de la forêt. Afin d’essayer de la préserver tout en maintenant mon activité j’ai décidé avec d’autres acteurs économiques de la région de changer notre mode d’exploitation. Grace à la politique “des petits pas”, nous avons entre autre décidé de soutenir les agriculteurs locaux qui ont accepté de modifier leur mode de production en utilisant les techniques de l’agroécologie. De plus, afin de sensibiliser les enfants, nous avons mis en place un jardin partagé qu’ils ont conçu eux même et une école et un collège de la région nous ont suivis dans notre démarche. Un petit film, destiné à sensibiliser les adultes, a été réalisé par ces collégiens, conscients aujourd’hui des problèmes environnementaux que leur laisse notre génération. Positifs et non rancuniers, ils nous motivent un peu plus tous les jours à continuer nos petits pas … Ce sont nos colibris…. Si vous le souhaitez, je pourrais vous envoyer le petit film.

  • Reply
    Mariette
    2 juin 2019 at 16 h 12 min

    De tout cœur avec vous Soyons persévérants modestes comme le colibri. Merci pour vos articles

  • Reply
    Marc
    3 juin 2019 at 9 h 09 min

    Bonjour,
    Jardinier et architecte-paysagiste, je ne peux qu’être d’accord avec vous.
    Cependant, avec (de mémoire) 70 à 80 % de la population des pays industrialisés habitant en ville, l’accès au jardinage doit être réinventé.
    On constate d’ailleurs un intérêt grandissant pour les potagers urbains, dont la plupart sont installés dans des bacs en terrasses ou sur les toits, et, en tout cas, sont des cultures dites “hors sol”.
    Que penser de cette nouvelle vague dont beaucoup d’architectes et de promoteurs voient là une possibilité toute trouvée de “naturaliser” la ville et, au passage, d’appliquer une petite couche de vernis écolo sur les projets d’urbanisation.
    On peut aussi, d’une manière générale, pointer la brèche dans laquelle s’engouffrent politiques, grands promoteurs et industriels qui poussent à la création de grands ensembles de production, entièrement hors sol (voire sous serre ou tunnel), sur les toits en ville et appellent cela de l’agriculture urbaine.
    Où est le contact avec le sol, où est la recherche de la qualité des aliments qui avait présidé au développement des petites fermes urbaines installées sur les lopins délaissés ?
    On peut certes se réjouir de voir les “urbains” renouer avec les pratiques du jardinage (même si cela ressemble à Marie-Antoinette jouant à la bergère), mais que penser de ce qui ne peut pas vraiment être appelé de l’agriculture, même urbaine ?

  • Reply
    Daniel
    3 juin 2019 at 9 h 49 min

    Revenir aux essentiels et au simple bon sens. Pourquoi chercher loin et demander aux autres ce qu’on peut générer chez soi. Il aura fallu une énorme ellipse économique et sociale pour (enfin) se rendre compte que le bonheur commence à nos pieds…

  • Reply
    Perronneau
    3 juin 2019 at 12 h 38 min

    Il est urgent d’agir .En ce qui me concerne au jardin de 300 M2 Je ne fais aucun traitement chimique et utilise seulement des engrais organiques
    Merci pour votre encouragement

  • Reply
    LibertéI
    3 juin 2019 at 13 h 24 min

    Bonjour,il serrais temps que l’être humain prenne conscience du dégat planétaire. Il continue á détruire encore et encore 😢😢😢

  • Reply
    Guy Mc Intyre
    3 juin 2019 at 17 h 02 min

    Bravo Florence. Ce que vous faites et recommandez c’est magnifique. Chez moi j’ai toujours fait un peu de permaculture. J’ai meme produit des tomates totalement bio sous serre sans un gramme d’engrais chimique ni pesticides. Utilisant seulkement du fumier que j’obtenais de mon petit elevage de lapins et de pondeuses. J’ai moi-meme confectionne les garennes suspendues avec les pondeuses sur litiere. Le fumier lapins/pondeuses etait magnifique.J’ai recolte sur une petite serre de 40m2 l’equivalent de 200 tonnes par hectare!

  • Reply
    Terenc
    3 juin 2019 at 17 h 50 min

    Un peu moins de matière plastique en circulation. Demandons de vendre les fruits et légumes (pour commencer) en vrac; un ou deux employés de plus ne feraient pas de mal au taux de chômage.
    Merci de vos initiatives.

  • Reply
    Prudhomme
    4 juin 2019 at 7 h 33 min

    Bravo pour ce constat , si affligeant mais aussi plein d’optimisme si tout le monde s’y met ! Même si j’ai des poules, un compost et quelques légumes, oui j’ai besoin de conseils , et vous remercie du fond du cœur pour tous vos conseils et votre vision magnifique du jardin!

  • Reply
    Colette
    4 juin 2019 at 7 h 48 min

    J’ai 68 ans , mon mari 64, nous avons un jardin au cœur du village, depuis 4 ans. Il n’avait jamais été cultivé depuis 70 ans . Une chance, nous l’avons arrangé, extrait les grosses pierres pour faire des murets en pierre sèches, éclairci la végétation envahissante. Le sol est très riche et vivant. J’ai enfin des coquelicots ( je vais faire mon premier sirop) Notre petite fille de 3 ans se régale des tomates et fraises à Papy. J’achète mes plantes et graines une fois par an chez un collectionneur. Pour la 1ère fois 20 kilos de cerises sur LE cerisier ( au congélateur crues ou cuites) . LE pied de vigne qui a 20 ans et n’avais jamais été taillé donne 5 kg de raisins. Quand ma petite fille rousse, elle boit une tisane de thym ( la seule qu’elle accepte) nous coupons les brins ensemble et ajoutons le miel d’un ami qui a commencé l’apiculture il y a 3 ans dans le village voisin. Nous avons 2 oies en pension chez des fermiers à la retraite à 5 km. Nous sommes des colibris débutants. Mon meilleur Espoir : un neveu 32 ans en reconversion professionnelle, il quitte le travail à l’hôpital, est actuellement en formation à la permaculture et va s’établir sur des terres dans l’année.

  • Reply
    Corinne
    4 juin 2019 at 8 h 05 min

    Cette année avec mon mari nous avons enlevé 2000 pavés autoblocants de la cour de notre maison pour en faire un jardin. Nous avons récupéré la terre d’un lot voisin qui se construisait et tout planté en potager. On est d’accord avec vous !!
    Les voitures dans la rue. Adieu le jardin parking !

  • Reply
    dayan Artiste -INTemporain
    4 juin 2019 at 8 h 35 min

    Oui le colibri est par son intention , le moteur du renouveau . Pour son action , s’il ne veut pas se tuer à la tâche, il va s’activer avant tout à neutraliser, les incendiaires . C’est la condition première et fondamentale pour que la renaissance puisse se faire et perdurer.

  • Reply
    Peltier an mary
    4 juin 2019 at 13 h 59 min

    Il y a longtemps que je suis un colibri . J ai commencé a 28 ans quand j ai eu une maison et j ai 65 ans . Ma cave n avait pas de beucoup de vin , mais des bocaux de legumes , des confitures, un grand congélateur , bref tout ce que je pouvais fourni pour l hiver ,
    Aujourd’hui divorcé , j ai construit une maison en bois avec un poêle à granule . Mon jardin était stérile. La ‘ je récolte à nouveau , je n ai pas planter une salade , elles se resseme comme bon leur semble . Il y en a partout et j en donne ,. Les orties sont mes amies , 3 poules mangent les restes et du coup je n ai pas assez de compost . Une vie simple à regarder la nature , moi je ne commande ni ne dirige c est elle qui c est. Pour les voisins mon jardin que ce soit potager ou d agreement c est un capharnaeum , mais moi j aime . Il me ressemble.
    Merci pour vos pages , j apprends encore et encore avec le plaisir d une débutante
    An mary

  • Reply
    de Ribérac
    4 juin 2019 at 15 h 24 min

    Bravo !… Remettre la machine en route est juste une affaire de bon sens… et de courage !…

  • Reply
    Timsonet alain
    4 juin 2019 at 16 h 53 min

    J’ai la place pour faire un jardin, cette année, j’ai déjà mis en pratique quelques principes recueillis auprès de vos différents articles, très nourrissant, dans tous les sens du terme

  • Reply
    marie josé GENTAUD DAWIDOWICZ
    4 juin 2019 at 18 h 13 min

    Je suis pleinement d’accord avec vous . Je démarre un petit potager et j’ai déjà des plantes aromatiques .Continuez vos informations ;elles sont pertinentes.

  • Reply
    Did
    4 juin 2019 at 18 h 55 min

    Trop beau le Jardin de paille. Grâce à votre énergie et vôtre détermination, moi le petit colibri d’Alsace, J’ai gagné en confiance pour continuer un jardin intuitif. Et du coup j’ai oublié le regard critique de mon voisin retraité… Et je lui offre tous les jours un parterre de fleurs mellifères croustillant.

  • Reply
    Claudine Dumont
    5 juin 2019 at 9 h 09 min

    J’ai commencé un jardin Je suis dépassé par tout ce qu’il y a â faire
    Mon fils fait de la permaculture en Corse. Portovecchio
    Je connaissais la légende du colibri. Je la raconte â tous ceux qui m’écoute !!!!
    Je vous lis chaque matin. Mes 2. Plants de melon ont chaud. Je suis à côté de Carcassonne

  • Reply
    Louise
    8 juin 2019 at 1 h 51 min

    Oui et bien j’ai réalisé un petit écosystème dans ma cours arrière. On y trouve différentes fleurs pour satisfaire différents insectes, un abris pour nos petits amis animaux (protection et fraîcheur) fait avec des branches d’arbres et de sapins, une petite fontaine pour s’abreuver, des mangeoires pour se nourrir avec moi pour les accueillir, apprécier leur présence et les observer. Y a pas besoin d’un très grand espace et c’est tellement apaisant.

  • Reply
    Pascal GAUTHIEZ
    9 juin 2019 at 9 h 10 min

    Eh bien je dis: moi aussi! Je débute un potager en permaculture!
    alors merci beaucoup pour vos avis et conseils!
    Pascal

  • Reply
    Moreau
    10 juin 2019 at 11 h 22 min

    Très jolie lettre;merci!

  • Reply
    Claudie
    10 juin 2019 at 13 h 30 min

    Il faudrait publier votre article sur les ondes tous les jours! Permettez-moi de vous donner ma petite annectote… Fille de pepinieriste, ayant grandit au milieu des plantes puis black-boulee au fin fond de l’Afrique du aux situations politiques, j’ai introduis mes enfants au monde vegetal en les asseyant devant un cactus, ou un lys et leur ai raconte leur “histoire dans la nature” a ma facon. Un jour, revenant du marche, je trouve mon fils de 3 ans dans notre petit jardin a regarder vividement un cactus. Je lui demande qu’est-ce qu’il fait ? Il me repond…. Ben maman, je le regarde pousser! Aujourd’hui, marie et ayant son propre jardin, il s’y ait installe en grand maitre!!!! Le mot est passer et la passion continue….

  • Reply
    Bem
    13 juin 2019 at 8 h 12 min

    Tout à fait vrai
    Mais nous sommes bien démunis
    Par rapport à ce monde industriel où seul le gain d’argent compte

    Il faudrait que l’on pénalise tout ce qui va a6 l’encontre de la santé !

  • Reply
    Karboviac
    16 juin 2019 at 7 h 47 min

    Je jardine depuis mon enfance , appliquant les méthodes de la culture BIO , partageant les excédant avec mes voisins . J’ ai pour précepte cette maxime : ” On veut tous changer le monde , commençons par soit même ” .

  • Reply
    Trebuchet
    16 juin 2019 at 9 h 24 min

    Comme le colibri : une goutte d’eau n’éteindra pas le feu du pouvoir et de l’argent 😏😒😡

    Y’a un remède sûr et efficasse , mais peu l’accepte …. 🙂😊😀

    Mais je suis pour a 100% de manger de son jardin ,c’est la meilleure garantie du bon 😉

  • Reply
    Claude GILBERT
    16 juin 2019 at 11 h 49 min

    Chère Florence,
    Je suis un “vieux” (74) mais j’ai réappris le jardin que j’avais vu pratiquer par ma grande-mère et autour de la maison familiale. Je sais que notre relation avec la terre et les formes de vie (plantes, insectes, oiseaux, etc.) est essentielle, autant que celles que nous nouons (et dénouons parfois) avec nos frères humains. C’est ce que j’appelle la Vie, cette énergie étrange, multiforme, omniprésente, que certains tentent de définir par le mot “dieu” ou “dieux”. Cette Vie, nous devons lui permettre de couler (Eckhart dirait “fluer”) en nous, à travers nous, entre nous. En quelque sorte nous devons l’épouser (les anciens disaient “connaître”). Un grand merci pour vos conseils très sages et très utiles.

  • Reply
    DUFFOUR
    17 juin 2019 at 22 h 58 min

    Merci de vos informations, depuis peu je vous lis. J’ai commencé à suivre vos conseils. Nous avions une partie de terrain non exploité. Cette année nous l’avons aménagé en prairie fleuri pour tous nos petits insectes. Et c’est avec bonheur que j’en découvre tous les jours, bourdons, abeilles, sauterelles, coccinelles, gendarmes… J’adore mon jardin, je ne peux plus m’en passer. Je planté un peu de tout…. l’année dernière tout mes voisins ont profité de mes tomates salades.

  • Reply
    Aline S.
    18 juin 2019 at 11 h 58 min

    Merci, Florence, pour votre optimisme et votre vision pour une Terre meilleure. J’ai possédé un jardin que j’ai dû quitter à mon plus grand regret au bout de 30 ans. Une seule envie : retrouver un bout de terre pour pouvoir appliquer vos recommandations. Pour l’instant je ferai germer des graines dans ma cuisine !! Merci et poursuivez votre travail. C’est passionnant !

  • Reply
    BANG
    19 juin 2019 at 8 h 37 min

    Merci pour ces précieux conseils

  • Reply
    FOUCHER Dominique
    19 juin 2019 at 8 h 54 min

    Je vous remercie de tous ces conseils ….. j’ai hâte d’avoir déménagé pour mettre en pratique ….

  • Reply
    Jeny
    20 juin 2019 at 3 h 07 min

    Bonjour,
    Je crois en l’importance de rétablir l’écosystème versus la consommation humaine. Bien que la population augmente, le besogne de nutriment augment. Cependant, je crois qu’il faut retourne au source. C’est-à-dire aux nutriments nutritifs. Car si un aliment remplis ces fonctions, nous n’avons plus besoins de répondre à l’abondance. Le retour au source et à l’alimentation original est importante.

  • Reply
    Anne-Marie SCHOS
    21 juin 2019 at 19 h 12 min

    Merci beaucoup. J’ai seulement un petit balcon pour l’instant. Quand je pourrai, j’espère louer une parcelle à la ville pour avoir un bout de jardin. J’avais déjà découvert quelques conseils sur la permaculture mais vous allez beaucoup plus loin. Il faut que je convainc mes voisins pour épandre les déchets d’épluchures dans le fond du jardin (copropriété) car l’année dernière, ils m’avaient fat des problèmes alors que je les avais enterrés et s’étaient plaint au Syndic, prétextant de mauvaises odeurs. Merci encore et continuez votre bon travail

  • Reply
    Ma
    22 juin 2019 at 23 h 03 min

    Connaissez vous la fin de l’histoire du colibri ?
    Il meurt d’épuisement.
    La vrai moralité de cette histoire est que faire sa part ne suffit pas. Une vraie action politique à grande échelle, avec ce que cela suppose d’engagement vers une autre vision est la clé. Les multinationales se frottent les mains. Pendant que le colibri s’agite, il peuvent mettre le feu à d’autres forêts. Nous ferions mieux de nous réveiller. Et les neutraliser.

  • Reply
    chervet
    25 juin 2019 at 10 h 07 min

    je suis partante pour un retournement!

  • Reply
    Anne-Marie SCHOS
    25 juin 2019 at 11 h 09 min

    A Ma,

    Nous ne sommes pas grand-chose face aux multinationales et tant que le système actuel sera en place car son dieu c’est l’argent mais si nous faisons notre part, ce sera déjà ça pour notre planète.
    Pour ma part, je crois qu’ils devront rendre un jour des comptes à leur “propriétaire” qui nous a donné la terre en location. Les révolutions pour faire changer les choses ont souvent fait plus de mal que de bien mais nous pouvons, à notre échelle, rendre la vie à quelques lopins de terre et elle nous dira merci en nous donnant ce qu’elle a de meilleur

  • Reply
    steph
    27 juin 2019 at 11 h 04 min

    BELLE note cet article! et les commentaires qui en decoulent….comme dit Pierre Rabhi, on sait depuis trop longtemps que la planete va mal, pas la peine de se le repeter pendant des années (quoique pour certains….), mais si de faire sa part tous les jours pour que cela change….Colibris, envolons-nous!

  • Reply
    Agnès M
    2 juillet 2019 at 8 h 36 min

    Bonjour et merci pour votre travail. Je quitte la ville pour la campagne et j’achète une maison avec jardin et je vais certainement vous acheter un abonnement prochainement. Je découvre, dans vos e-mails, tout plein de choses que je ne connaissais pas et qui me donnent envie de faire un petit potager à ma mesure… et j’ai hâte de pouvoir m’y mettre, mais ce ne sera peut-être pas avant cet hiver !
    Mis à part cela, ma culture à moi qui suis retraitée, c’est plutôt la langue française. Et une chose qui me hérisse, c’est quand vous employez cette nouvelle expression : “je vous partage…”. C’est un non-sens en langue française et actuellement elle est de plus en plus employée. On partage quelque chose AVEC quelqu’un. On ne partage pas quelqu’un. Alors, de grâce, même si on ne peut aller contre le progrès et l’évolution des langages, merci de nous conserver le plus longtemps possible “la belle façon de dire les choses”. Nous avons une langue magnifique et riche, et comme pour les plantes et les jardins, je trouve dommage qu’elle se délite. Ceci dit sans vouloir vous offenser !
    Merci de continuer à nous enrichir avec vos textes qui, par ailleurs, sont fort bien écrits et agréables à lire.

    • Reply
      Florence
      3 juillet 2019 at 11 h 03 min

      Bonjour Agnès,

      Je suis ravie d’apprendre que la lecture de la newsletter vous donne l’envie de vous lancer dans l’aventure du jardinage ! C’est en soi une réussite pour moi, et c’est la récompense de mon travail.

      Je suis parfaitement désolée pour les coquilles que vous avez trouvées… Je fais de mon mieux mais il est vrai que des erreurs persistent encore. En tous cas, il est très enrichissant de recevoir ce genre de retour. Cela me permettra de continuer à améliorer la qualité de mes contenus. Je vous assure que dorénavant je partagerai du contenu avec vous et je ne tenterai plus de vous partager ! 😉

      Je vous souhaite une très agréable journée,
      Au plaisir d’avoir de vos nouvelles !

      Prenez soin de vous,
      Florence

  • Reply
    Vautier
    4 juillet 2019 at 9 h 32 min

    Oui oui, super, je fais partie des colibris maladroits encore mais je suis là !!! j’ai appris à faire une “lasagne”, j’ai appris à mon petit fils à éplucher petit pois, haricot vert et sa maman lui apprend plein de choses aussi……
    Merci beaucoup, vous êtes formidables les jeunes et moins jeunes !

  • Reply
    BRIAUD
    5 juillet 2019 at 16 h 38 min

    Sans doute que si nous avions fait et faisions tous notre part nous n’en serions pas là. Il ne faut pas se décourager devant l’ampleur de la tâche et comme le colibri, agir comme on peut , là ou l’on est, avec les moyens dont on dispose, avec la foi du charbonnier.
    Merci de citer Pierre Rabhi, cet homme de lumière, par ailleurs si injustement vilipendé et calomnié.

  • Reply
    Lamothe
    8 juillet 2019 at 12 h 03 min

    Bonjour à toutes et tous, gens de bonne volonté. Eveiller les consciences une tâche ardue, pour ma part, je cultive en permaculture sur des ré-hausses en carrés
    grillagées au fond, du confort pour le dos vieillissant, le résultat est spectaculaire, des légumes aux dimensions jamais vues avant, pas de parasites, aucun traitement. les enfants des voisins, curieux d’apprendre viennent me poser des questions, le changement viendra d’eux, c’est un bonheur de transmettre,
    leurs parents n’ont pas encore réalisé l’urgence d’agir. Je suis en Dordogne et distribue gracieusement des graines (Bio) des plants d’aromatiques, et fruitiers,
    à qui en voudra. Merci pour ce site, je fais souvent suivre les infos. chan24140@gmail.com

  • Reply
    SCHMITT Isabelle
    15 juillet 2019 at 8 h 41 min

    Entièrement d’accord.
    Je fais de mon mieux pour faire comme le colibri. Une petite butte de permaculture pour les legumes, quelques poules pour les oeufs. Je cuisine, car les plzts préparés c’est pas mon truc…
    Il faut y arriver pour les generations à venir.

  • Reply
    Runser
    15 juillet 2019 at 8 h 41 min

    Pour ma part, je suis un colibri depuis cette année. Petit potager que je compte agrandir l’année prochaine , j’apprends beaucoup chaque jour au potager.
    J’en profite pour montrer à ma fille la vie au potager: les plants de concombre, de tomate, comment pousse le maïs ….
    La curiosité s’éveille et c’est passionnant de voir les enfants s’émerveiller au potager.
    Cueillir et cuisiner 🙂 c’est ça la vie 🙂

  • Reply
    Mathevet
    15 juillet 2019 at 12 h 36 min

    Bonjour et merci pour vos articles et vos infos
    Tout à fait d’acvord IL faut retourner à l nature et la rendre fertile à nouveau, redevenir auto suffisant…
    Pour quelles raisons viennent les punaises? Serait ce trop d’arrosage?
    Avez vous des solutions?
    Metci

  • Reply
    René
    15 juillet 2019 at 16 h 05 min

    Merci pour votre travail de sensibilisation car c’est par l’éducation que nous y arriverons. J’ai débuté mon projet agricole en permaculture cette année avec un sol plutôt pauvre. Les résultats ne sont pas super mais je suis vraiment motivé à transformer ce sol quasiment mort en un sol bien vivant. Peu importe le temps et les efforts à y mettre.

    Merci encore pour vos conseils forts utiles et bonne continuité à tous!
    René, un ami permaculteur du Québec.

  • Reply
    MORIN
    16 juillet 2019 at 16 h 29 min

    Laissons la nature revenir dans nos jardins, j’ai peut être le jardin le plus curieux cependant il déborde d’insectes et de passereaux. En effet, par principe, je laisse pousser à graines quelques betteraves, orties, poireaux, salades, etc…et, bien sûr, j’ai planté des haies champêtres. Ma compagne citadine pense que nous avons tous les oiseaux du village au printemps.
    Continuez à diffuser, informer, communiquer, l’être humain peut aider à reconstruire ce qu’il a détruit.

  • Reply
    Moon
    22 juillet 2019 at 12 h 27 min

    Tout à fait d’accord avec ce mail ! Chacun doit faire sa part et je veux faire la mienne.

  • Reply
    virginie Lairy
    23 juillet 2019 at 7 h 49 min

    oui tout simplement

  • Reply
    LAURENT Andrée
    23 juillet 2019 at 8 h 46 min

    Oui, que chacun fasse sa part. Nous avons notre potager depuis 20 ans. Au fil des années, nous lui avons apporté du fumier, semé de la moutarde ou du lin à l’automne, bâché, paillé, retourné de moins en moins etc. Aujourd’hui nous compostons tout ce que nous pouvons, installons les plantes favorables à certains insectes etc, etc. Nous apprécions vos conseils et notre potager est resplendissant. “Un jardin de curé” nous disent les voisins. Merci à vous et continuons tous ensemble.

  • Reply
    Jean-Michel
    23 juillet 2019 at 22 h 29 min

    Pour ma part je dis oui bien sûr 😉. J’ai toujours cultivé quelques légumes et fruits lorsque cela m’était possible. C’est un bonheur sans nom que de manger sain et “bio”. Cultivons ensemble!

  • Reply
    Suzanne Liesenborghs
    27 juillet 2019 at 11 h 17 min

    Je crois aussi qu’avec de la bonne volonté on peut inverser les choses, dommage que les politiques et le fric ne suivent pas, oui je suis un colibris moi aussi!

  • Reply
    Eric MARCK
    27 juillet 2019 at 12 h 46 min

    Je pense que la plupart de ceux qui cherchent une meilleure qualité de vie devraient s’intéresser encore plus à l’environnement des lieux de production des aliments de l’humanité. Nos jardins, en particuliers, souffrent d’une désinformation voulue par tout un secteur industriel et chimique qui a imposé ses fausses solutions pour augmenter ses profits, en se moquant des effets dévastateurs. Comment est-il possible que des politiques complices empêchent la commercialisation des graines anciennes alors qu’ils autorisent la vente de pesticides les plus variés???? Il nous faut tous êtres attentifs à la qualité de l’eau , à la nourriture des plantes qu’on veut voir grandir, donc à la qualité de vie de nos sols, mais aussi soyons très observateurs et protecteurs des insectes et animaux sauvages qui jouent un rôle déterminent. Nous savons qu’un équilibre naturel est à retrouver et notre tort vient de notre sentiment d’isolement et d’impuissance en face d’un système basé sur le profit… On voudrait trouver des soutiens de la part de mouvements politiques qui se disent “écologistes” mais on constate que, trop souvent, ils sont loin de la réalité et sont adeptes de fausses bonnes solutions.
    De mon côté, je refuserai de me passer de mes merles, de mes grives, de mes chouettes, de mes couleuvres, de mes hérissons….. dont on peut utiliser l’intelligence si on prend le temps de les connaître voir de les apprivoiser .

  • Reply
    Isabelle NARI
    17 août 2019 at 15 h 05 min

    les petits ruisseaux font les grandes rivières comme le colibri ; c’est toujours un + un + un j’en suis convaincue
    continuons dans ce sens et redonnons un sens à nos vies en harmonie avec la nature
    merci pour ce que vous faites tous

  • Reply
    Marie
    17 août 2019 at 23 h 34 min

    Je n’ai qu’un petit jardin mais le cultive entièrement ce qui me permet d’acheter déjà nettement moins de légumes (qui composent au moins la moitié de mon alimentation). Je trouve dommage que tous les Français ayant ne serait-ce qu’un petit jardin autour de leur maison ne le cultivent pas, c’est de l’espace perdu, et après ils vont faire leurs courses au supermarché pour acheter des légumes ayant parcouru des centaines voire milliers de kms alors qu’ils auraient pu les produire chez eux… Si tout le monde cultivait son jardin (en bio évidemment…), on aurait beaucoup moins de transports routiers, on permettrait aux habitants des pays pauvres de retrouver leur terre pour y pratiquer l’agriculture vivrière et on pourrait stopper la déforestation…

  • Reply
    Daniel
    25 août 2019 at 22 h 44 min

    Oui, nous devons être nous aussi INDIVIDUELLEMENT des colibris. Et cela n’est pas seulement applicable au jardinage. Nous avons trop souvent trop longtemps céder au dicta du “que puis-je y faire seul?”

  • Reply
    Catherine
    26 août 2019 at 8 h 04 min

    Pour moi , c’est la base même d’une vie logique , saine et heureuse
    Avoir un logement simple ,confortable, accueillant, … Et un jardin de fleurs , légumes et herbes, entourer d’oiseaux, poules, canards, chats, chien ,….,et partager avec nos amis,nosvoisins de bons moments, de nos récoltes, …
    C’est vraiment ce que Dieu voulait pour chacun de Nous 🙂😊👍🏼

  • Reply
    Jean-paul GUIBERT
    29 août 2019 at 9 h 15 min

    Une question m’interpelle depuis longtemps : si nos ancêtres depuis JC avait consommé et pollué autant que nous en 50 années, est-ce que la vie sur terre serait possible aujourd’hui ?

  • Reply
    nicole champion
    29 août 2019 at 17 h 46 min

    merci pour le rappel de tous ces conseils, c’est bon de les partager et de redonner du sens. Nous sommes nombreux à renouer avec la terre, en la nourrissant et en en prenant soin pour qu’elle nous nourrisse à son tour. Je crois qu’on vit un changement de culture, dans tous les sens du terme. Entre autres, je fais un compost et me pose des questions : juste un tas dans le jardin. Vaut-il mieux le laisser aux intempéries ou le couvrir?

  • Reply
    ALIX L
    31 août 2019 at 10 h 58 min

    Merci pour votre positivité, je lis beaucoup et parfois je suis découragée. Nous sommes allés trop loin et mes actions me semblent si anodines.
    Je crois être un colibri, j’essaie d’encourager mon entourage, je ne lâches jamais même si je me dis certains jours c’est foutu.
    J’ai changé toutes mes habitudes au niveau de ma consommation, mes déchets…
    J’ai lu de nombreux commentaires laissés par vos abonnés, nous sommes nombreux à agir c’est pas fini. La communauté prend de l’ampleur et cela me redonne du courage. Merci à tous

  • Reply
    MONIQUE NICOLAÏE DIT CLAIRVILLE
    31 août 2019 at 11 h 11 min

    J’ai toujours vu mon époux travailler la terre à la main en mettant le moins possible de produit chimique dans ses plantations , ce n’est qu’un jardinier amateur , mais dans le Lot et Garonne où nous avons eu une maison avec un terrain de plus de 8 000 m² il a en 15 ans réussi à retrouver des plantes endémiques que la culture intensive qui’y faisait le cultivateur locataire du terrain avant que nous l’achetions avait complètement éradiquée. Il a planté des dizaines d’arbres , de parc et fruitiers, de plantes également . Malheureusement nous étions entourés de pruniers d’Ente et parfois nous subissions les retombés des traitements de nos voisins.
    Votre rubrique devrait faite partie de la bible des écologistes , car sans jardins et cultivateurs conscient et protégés nous ne sommes rien .

  • Laisser une réponse